Saint-Etienne-PSG : Lionel Messi, passeur d'or

Après son premier but en Ligue 1 face à Nantes samedi dernier, l'Argentin a distillé trois passes décisives pour offrir la victoire au PSG, dimanche. 

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lionel Messi a délivré trois passes décisives, le 28 novembre 2021 à Saint-Etienne. (Jean Catuffe / DPPI via AFP)

Que vous soyez inconditionnel ou profane du football, il est probable que votre entourage vous bassine déjà avec le Ballon d'Or, dont le vainqueur 2021 sera connu lundi 29 novembre. De nombreux noms figurent parmi les favoris, mais celui de Lionel Messi, sextuple lauréat, est sans doute celui qui revient avec le plus d'insistance. 

Mais en dépit de ses 30 buts lors de la dernière Liga et de sa victoire en Copa America avec l'Argentine, Messi attendait de briller avec le Paris Saint-Germain. Dimanche 28 novembre, lors de la victoire parisienne à Geoffroy-Guichard (1-3), la lumière est, peut-être, venue. 

Le fameux "match référence" attendra, car la Pulga n'a pas non plus éclaboussé de sa classe ce Saint-Etienne-PSG. Il s'est montré, à l'image de son équipe, inconstant : balbutiant dans le premier acte, puis dominateur une fois les Verts réduits à dix. Mais à vrai dire, c'est plutôt le club de la capitale qui a évolué au diapason de son meneur de jeu argentin. Le chef d'orchestre a délivré le tempo et, malgré quelques fausses notes, le contenu global s'est avéré satisfaisant.

Trois passes décisives pour la troisième fois de sa carrière

Satisfaisant, car Messi, à défaut de briller 90 minutes durant, a été décisif sur les trois buts. D'un coup-franc déposé sur la tête de Marquinhos (45e+2), d'un extérieur savoureux pour Di Maria puis d'un nouveau centre sur le crâne de son capitaine, l'Argentin a débloqué la rencontre. Une performance seulement réalisée trois fois dans la longue carrière de l'ex-Barcelonais. A relativiser, tout de même, compte tenu des événements du match : l'explusion de Kolodziejczak avant la pause a ouvert de nombreux espaces, visibles notamment sur le deuxième but.

Lorsque les Verts étaient à onze, Messi n'a pas eu le même rendement. On l'a même vu emprunté face au pressing de Stéphanois solidaires, ratant des passes a priori anodines. Mais il a été le seul Parisien en mesure de créer quoi que ce soit pour se sortir du pétrin sous la neige forézienne. Et ce même si ses statistiques sont loin d'être exceptionnelles : avec 64 passes réussies (83%), il figure derrière Di Maria et la rampe de lancement Ramos.

A l'arrivée, ce rôle de meneur de jeu en soutien de Kylian Mbappé convient à son profil et à son âge avancé. Davantage, en tout cas, que sa position sur la bande droite de l'attaque parisienne, comme à Manchester mercredi. Tout n'est pas encore parfait, et le numéro 30 du PSG n'affiche pas encore le rendement du "D10S" barcelonais.

Mais le simple fait d'enchaîner les titularisations - entre Nantes, Manchester City et Saint-Etienne, Messi a joué 90 minutes trois fois d'affilée, une première à Paris - constitue, déjà, une évolution prometteuse. Après des débuts laborieux, la Pulga, débarrassée pour deux mois des allers-retours en sélection, a peut-être définitivement pris la mesure de son nouvel environnement.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.