Après la visite surprise de Kylian Mbappé à Bondy, le maire dénonce une "instrumentalisation politique"

La star du PSG s'est rendu mercredi 17 novembre au stade Léo-Lagrange de l'AS Bondy, où il a démarré sa carrière de footballeur. Le maire dit ne pas avoir été mis au courant et dénonce une manœuvre politique.

Article rédigé par
avec France Bleu Paris - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A Bondy, une affiche représentant Kylian Mbappé. (ROMAIN CHIRON / MAXPPP)

Kylian Mbappé était en visite dans sa ville à Bondy (Seine-Saint-Denis) mercredi 17 novembre rapporte France Bleu Paris, au stade Léo-Lagrange de l'AS Bondy, club où il a commencé à jouer au football, pour rencontrer des jeunes et distribuer des exemplaires de sa bande dessinée qui vient de paraître. Mais le retour de l'attaquant du Paris Saint-Germain dans sa ville a tourné à la polémique politique.

L'équipe municipale actuelle n'a pas été mise au courant de cette visite ultra-sécurisée, ajoute France Bleu, contrairement à l'ancienne maire qui, elle, était présente. Le maire actuel, Stephen Hervé, dénonce une "instrumentalisation politique".

Mise à part quelques chaînes de télévision, personne n'était informé de l'événement. Les élus l'ont appris dans la journée. Certains ont décidé de se rendre au stade mais ont été refoulés, comme l'adjoint chargé du Sport Azzedine Drif qui raconte à France Bleu Paris que "c'était un devoir de l'accueillir mais deux agents de sécurité m'ont demandé de quitter les lieux". L'élu s'est exécuté pour "éviter un scandale devant les enfants".

Un contexte politique tendu 

Le maire Stephen Hervé (LR) n'était pas présent mais ne cache pas sa colère, d'autant plus que l'ancienne maire Sylvine Thomassin (PS) avait été conviée à l'événement par la mère de Kylian Mbappé dont elle est proche.

Cet accrochage entre les deux élus intervient dans un contexte très tendu. Sylvine Thomassin a déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour réclamer l'annulation des élections municipales de juin 2020. La décision doit être rendue lundi 22 novembre. Contacté par France Bleu, le maire Stephen Hervé dénonce "un acte de campagne". Sylvine Thomassin lui répond et dénonce "un faux procès. Si on veut que Kylian ait plaisir à revenir dans sa ville, il ne faut pas qu'il y ait une émeute à chaque fois".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Kylian Mbappé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.