NBA : Portland lance une enquête contre son président des opérations basket accusé de racisme et de sexisme

Président des opérations basket des Portland Trail Blazers, Neil Olshey est visé par une enquête, ouverte samedi, pour sexisme et racisme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Neil Olshey, lors d'un match entre Portland et Sacramento le 20 octobre 2021. (STEPH CHAMBERS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Les Blazers ont lancé, samedi 6 novembre, une enquête sur leur président des opérations basket Neil Olshey après que plusieurs employés ont fait part d'attitudes déplacées, quelques jours après l'ouverture d'une enquête visant le propriétaire des Suns de Phoenix, accusé de racisme et de sexisme.

"Les Portland Trail Blazers ont été informés d'inquiétudes concernant l'environnement de travail, par un employé", a indiqué la franchise, dans un communiqué samedi, qui ajoute : "Nous avons immédiatement engagé O'Melveny and Myers, un cabinet d'avocats expert dans ce domaine, pour conduire une étude complète, juste et indépendante et nous prendrons une décision basée sur le résultat de cette enquête".

Un climat toxique

Plusieurs médias américains ont relayé des témoignages de membres de la franchise de l'Oregon affirmant avoir été victimes d'insultes et d'intimidations, décrivant un environnement de travail toxique. Une source anonyme a affirmé à L'Oreganian, un journal local, qu'Olshey était "mesquin et vindicatif", tandis qu'une autre a expliqué que l'atmosphère au sein de la franchise avait provoqué la démission de beaucoup d'employés, et avait obligé d'autres à demander une aide psychologique.

Ces allégations interviennent quelques jours après l'ouverture par la NBA d'une enquête visant Robert Sarver, le propriétaire des Suns de Phoenix, accusé de racisme et de sexisme par plus de 70 anciens et actuels employés de la franchise. Olshey, 56 ans, était directeur général des Clippers deux ans avant d'être embauché par les Blazers, en juin 2012. A l'époque, la franchise de Los Angeles était propriété de Donald Sterling, qui allait être condamné à une amende de 2,5 millions de dollars et banni à vie de la NBA en 2014, après avoir été enregistré en train de tenir des propos racistes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.