Euroligue : l'Asvel et Monaco signent deux superbes exploits

Les Monégasques ont renversé le CSKA Moscou, alors que les Rhodaniens ont gagné en Grèce face au Panathinaïkos.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les Monégasques ont enchainé face au CSKA Moscou vendredi 29 octobre 2021. (CYRIL DODERGNY / MAXPPP)

Verra-t-on deux équipes françaises en play-offs d'Euroligue ? Il est trop tôt pour se prononcer sur la question. Mais même sans être chauvin, difficile de ne pas s'extasier devant les performances de l'Asvel et de l'AS Monaco depuis le début de la saison. Vendredi 29 octobre, les deux formations ont poursuivi leur excellente entame : les Rhodaniens ont largement dominé le Panathinaïkos (84-70), quand les Monégasques ont été autoritaires face au CSKA Moscou (97-80).

Pour leur première saison en Euroligue, les joueurs du Rocher ont signé un véritable exploit. Car le club moscovite, 4e l'an passé et champion il y a deux ans, est une référence à l'échelle européenne. Les Monégasques ont eu les ressources pour revenir dans la partie, après un début compliqué. Menés de 22 points, ils ont su renverser l'ogre russe pour s'imposer largement.

La Roca Team, déjà tombeuse de l'Etoile Rouge de Belgrade mardi, poursuit son bonhomme de chemin. Désormais 8e au classement, l'ASM compte quatre victoires contre trois défaites.

L'Asvel sans trembler à Athènes

Plus expérimentée dans la compétition, l'Asvel est, elle aussi, en grande réussite. Vainqueurs contre ce même CSKA Mocou mardi, les Villeurbannais ont récidivé à Athènes, face au Panathinaïkos. Portés par un Elie Okobo en grande forme (35 points), les joueurs du Rhône se sont imposés sans trembler en Grèce. 

Kostas Antetokounmpo, le frère de Giannis, a été prépondérant pour son retour à Athènes (12 points). 6e au classement, l'Asvel n'a perdu qu'à deux reprises cette année. Prometteur, avant d'affronter Kazan la semaine prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euroligue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.