"Fumer du cannabis au volant multiplie par deux le risque d’accident mortel" : une nouvelle campagne de la Sécurité routière

La Sécurité routière lance une nouvelle campagne de prévention contre le cannabis au volant. En 2020, un décès sur cinq sur la route a impliqué un conducteur ayant consommé de la drogue.

Article rédigé par
Dimitri Morgado, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le nouveau spot de sensibilisation sur le cannabis au volant de la Sécurité routière, 22 octobre 2021. (CAPTURE D'ÉCRAN)

 En quelques mots, la Sécurité routière résume les risques du cannabis au volant : "Fumer des joints affecte la coordination des mouvements". La consommation de cannabis a aussi un effet sur la vue, l'ouïe, la concentration et les réflexes. C'est ce que l'on entend dans ce nouveau spot de prévention. Un film de 35 secondes où l'on voit un conducteur qui ne réussit pas à rattraper des clés qu'on lui lance, sur un fond sonore d'accident de la route. Le slogan de la campagne : "Le cannabis vous fait du mal, sur la route il peut être fatal".

En 2019, 731 personnes ont été tuées dans un accident impliquant un conducteur positif aux stupéfiants, soit 20 % de l'ensemble des morts sur la route. "Fumer du cannabis multiplie par deux le risque d’avoir un accident mortel, explique Marie Gauthier-Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière. Et si vous le combinez avec l’alcool, ça multiplie par 29 le risque d’avoir un accident mortel."

"Il y a une vraie minimisation des risques liées au cannabis, on croit que c'est hors de danger", ajoute-t-elle, alors que la France est la championne européenne de la consommation de cannabis, selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (ODFT).   

"Il y a parfois l’idée encore trop souvent répandue, selon laquelle, au fond, fumer du cannabis avant de conduire, ça rendrait par exemple plus cool. Ce n’est pas du tout le cas."

Marie Gauthier-Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière

à franceinfo

"C’est faire courir un danger immense à soi-même, à ses passagers éventuellement et à tous les autres usagers de la route", insiste Marie Gauthier-Melleray.  

En 2019, l’ ODFT estimait le nombre de consommateurs annuels à cinq millions, réguliers à 1,4 million, et quotidiens à 900 000. Et une étude de l’AP-HP rapporte que les effets du cannabis durent "environ 13 heures après consommation chez les fumeurs occasionnels et 8 heures chez les fumeurs chroniques".

Un doublement des contrôles 

La campagne de sensibilisation va être accompagnée d’un doublement des contrôles de dépistage des stupéfiants dès la fin de l'année. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin souhaite que les forces de police en effectuent 800 000 en 2022, contre 453 000 en 2020 pour un taux de positivité de 20 %. À titre de comparaison, sept millions de contrôles d'alcoolémie ont été réalisés cette année-là, 3 % se révélant positifs.

Le conduite sous l'emprise de cannabis est passible d'une annulation du permis de conduire pendant trois ans, d'un retrait de six points, et jusqu'à 4 500 € d'amende et deux ans d'emprisonnement. La sanction peut aller jusqu'à sept ans de prison et 100 000 € d'amende si cela provoque un accident mortel. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.