Cet article date de plus de huit ans.

Affaire Karachi : Ziad Takieddine reste en prison

Le témoin-clé de l'affaire est en prison depuis deux mois ; il n'a pas réussi à rassembler les 4,3 millions d'euros de caution exigés par la justice.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Cela fait deux mois
que Ziad Takieddine est dans une cellule VIP de la maison d'arrêt de la Santé, à Paris.
Si les juges ont pris la décision de le placer en détention provisoire, c'est
qu'ils l'ont soupconné de vouloir fuir la France.

Et Takieddine est un témoin précieux pour eux : il affirme avoir été l'intérmédiaire avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite dans le versement de rétrocommissions qui ont contribué au financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur.

Finalement, après
intervention de ses avocats, l'homme d'affaires a obtenu la semaine dernière sa
remise en liberté, mais assortie d'une caution fixée à 4,3 millions d'euros.

Et c'est ce qui
retarde sa sortie de prison, car Ziad Takieddine est dans l'incapacité de
réunir une telle somme - tous ses comptes et biens étant bloqués par la justice. 

L'homme d'affaire a
bien proposé une hypothèque sur un appartement qu'il possède avec sa famille à
Beyrouth, mais ce mercredi matin les deux juges d'instruction ont rejeté cette
proposition : ils veulent des espèces.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.