Cet article date de plus de quatre ans.

Vacances scolaires : "Ne pas surcharger l'enfant avec des heures de travail"

La rentrée des classes est dans deux semaines. Pour Gilles Vernet, invité de franceinfo, dimanche, "il est toujours temps" de faire faire des devoirs de vacances aux enfants sans les "surcharger" et en alliant l'effort et le côté ludique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Les devoirs de vacances. Image d'illustration. (MAXPPP)

Comment bien préparer le retour en classe ? Comment faire en sorte que les enfants arrivent dans les meilleures conditions pour débuter l'année scolaire ? À deux semaines de la rentrée, prévue lundi 4 septembre, Gilles Vernet donne quelques conseils aux familles.

Cet ex-trader est professeur des écoles en CM2 à Paris et auteur du livre Tout s’accélère (éd. Eyrolles, 2017). Il était l'invité de franceinfo, dimanche 20 août.

franceinfo : Est-il est encore temps de commencer les devoirs de vacances ? 

Gilles Vernet : Oui, il est toujours temps et il y a des cahiers ou des activités diverses pour cela. L'idéal est d'en faire un peu tout au long des vacances, de manière ludique. Il ne faut pas mettre une pression excessive à l'abord de la rentrée et lui demander de faire son cahier de vacances en 15 jours alors qu'il est prévu pour deux mois. Il faut plutôt l'accompagner là où il a eu des difficultés et passer un peu de temps avec l'enfant : le cahier de vacances est d'autant plus utile si les parents sont avec l'enfant pour en tirer pleinement parti. 

Donc, il faut éviter que cela devienne un sujet de crispation ou un bras de fer avec l'enfant ? 

On peut quand même lui demander de faire une demi-heure par jour en l'aidant un peu. Il y a d'autres outils aussi sur internet, sur les tablettes, pour que l'enfant se ré-entraîne un peu, à l'abord de la rentrée, au calcul mental par exemple. Mais, je crois qu'il faut rappeler, pour déculpabiliser, que les vacances, c'est d'abord un moment de repos pour le corps comme pour l'esprit. Il ne faut pas surcharger, pendant cette période, l'enfant avec des heures de travail. L'été est plutôt le moment pour se régénérer -ces phases de régénération qu'on a de moins en moins- pour dormir, faire du sport et aller au contact de la nature. Cela étant dit, ça n'empêche pas de travailler un peu tous les jours.

Vous employez le terme ''ludique"... C'est important d'apprendre en jouant ?

Oui, les bonnes méthodes passent par des instants ludiques. On peut les faire jouer avec des applications ou dans la voiture, avec des calculs mentaux, des petits jeux autour de ça. C'est toujours bien d'aborder les choses sous un angle un peu plus léger pour l'enfant. L'essentiel est de chercher pour son enfant tout ce qui peut éveiller son goût d'apprendre. Par exemple, on peut faire une visite historique qui sera l'occasion pour lui de voir un lieu ou faire du calcul mental quand on fait une balade en montagne. Il y a mille manières. Le tout c'est, je crois, d'éveiller le goût d'apprendre de l'enfant. Il y a les deux : du ludique et puis de l'effort aussi. Il faut le rééduquer à l'effort, de manière rituelle et progressive. 

Il y a aussi le goût de la lecture ?

Il me semble important de lire tout au long des vacances. Lire des livres qu'il aime est la meilleure chose à faire pour qu'il écrive bien. La lecture est en excellent moyen de développer ses connaissances en français, de manière ludique. Si on trouve des livres qu'il aime, il se plonge dans la lecture et, là, c'est gagné. Les vacances, comme pour les adultes, c'est assez propice à une lecture un peu plus nourrie. On lit souvent plus en vacances aujourd'hui parce qu'on est dans une société qui manque un peu de temps. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rythmes scolaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.