Cet article date de plus de dix ans.

L'UMP abandonne la semaine de quatre jours à l'école... instaurée par Nicolas Sarkozy

Le parti majoritaire a lâché publiquement mardi une des grandes mesures du quinquennat Sarkozy sur l'école primaire : la semaine des quatre jours. Il préconise "la possibilité de rendre obligatoire la semaine de quatre jours et demi".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos dans une école à Saumur (juin 2008 (AFP/ALAIN JOCARD)

Le parti majoritaire a lâché publiquement mardi une des grandes mesures du quinquennat Sarkozy sur l'école primaire : la semaine des quatre jours. Il préconise "la possibilité de rendre obligatoire la semaine de quatre jours et demi".

Parmi les 30 propositions de l'UMP sur l'éducation, exposées mardi en fin d'après-midi salle Bobino à Paris figure "la possibilité de rendre obligatoire la semaine de quatre jours et demi, après concertation entre les autorités locales, académiques et les parents d'élèves".

Une manière de revenir sur la semaine de quatre jours instaurée en 2008, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, par le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos . Ce qu'a refusé d'avouer la députée Michèle Tabarot, qui a présidé la mission d'information sur les rythmes scolaires.

"Le premier à avoir pris le décret sur la semaine de quatre jours, c'était Lionel Jospin", nous a-t-elle affirmé (il s'agit du décret du 22 avril 1991, qui permet de déroger à l'organisation du temps scolaire en primaire et en maternelle, sous certaines conditions). Et d'ajouter que "dans le décret de 2008 pris par M.Darcos, la seule demande sans appel était de libérer le samedi". Samedi qui ne devait pas être récupéré le mercredi, ce qui revenait à établir une semaine de quatre jours.

Parmi les autres propositions du parti majoritaire :
. une autonomie croissante des établissements,
. la diminution de quinze jours des vacances scolaires d'été,
. la création de collèges regroupant d'une part les 6e et les 5e, de l'autre les 4e et les 3e,
. un nouveau statut des enseignants, qui inquiète déjà les syndicats, pour intégrer dans leurs "missions" "l'accompagnement : tutorat, orientation, concertation".

"L'aménagement en quatre jours n'est pas favorable à l'enfant"

Dans un texte adopté le 19 janvier 2010, l'Académie de médecine avait vivement dénoncé la semaine scolaire de quatre jours. Elle écrivait notamment que "les écoles des pays européens travaillent en majorité cinq jours d'affilée, certaines fonctionnent sur quatre jours et demi avec le mercredi matin travaillé... Les semaines de quatre jours, quatre jours et demi ou cinq jours de classe ont fait l'objet de recherches qui montrent que l'aménagement hebdomadaire en quatre jours n'est pas favorable à l'enfant".

Un rapport de mission parlementaire sur les rythmes scolaires rendu public le 8 décembre 2010 allait plus loin encore, proposant d"'interdire" la semaine de quatre jours à l'école pour alléger les journées de l'enfant. Prônée par les pouvoirs publics en 2008, la semaine de quatre jours n'a d'ailleurs jamais été adoptée par certains établissements privés...sans qu'on leur impose.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme de l'école

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.