Vaccination contre la grippe saisonnière : un début de campagne en demi-teinte

À partir de lundi 22 novembre, la vaccination contre la grippe est ouverte à tous. Pour l'heure, seuls 5,6 millions de vaccins ont été retirés en pharmacie par les personnes prioritaires, contre 6,7 millions l'an passé à la même période.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une vaccination contre la grippe. Photo d'illustration. (XAVIER GRUMEAU / FRANCE-BLEU PAYS DE SAVOIE)

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière franchit une nouvelle étape lundi 22 novembre. Tous les Français vont pouvoir se faire vacciner. Gilles Bonnefond, le porte-parole de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine et pharmacien à Montélimar, souligne sur franceinfo qu’avec l’arrivée des fêtes de fin d'année, "où des réunions de famille vont avoir lieu, il est important de se protéger contre les deux virus", celui de la grippe et celui du Covid-19. Le président du syndicat des médecins généralistes MG France Jacques Battistoni rappelle de son côté sur franceinfo qu'il n'y a "aucun danger" à se faire vacciner contre la grippe et contre le Covid-19 en même temps. Il demande notamment aux personnes âgées et aux plus fragiles de se faire vacciner contre la grippe pour "éviter d'aller à l'hôpital pour une complication". "Actuellement, on a assez de doses de vaccins contre le Covid et contre la grippe, ajoute Gilles Bonnefond. On arrive donc à mieux gérer, et parfois même certains pharmaciens le font sans rendez-vous pour les deux injections." 

Selon les premiers chiffres fournis à franceinfo par l'Ordre des pharmaciens, le début de la campagne est en demi-teinte. Depuis un mois, seules les 15 millions de personnes prioritaires pouvaient être vaccinées (les plus de 65 ans, femmes enceintes, malades souffrants de pathologie graves), moyennant la présentation de leur carte vitale. Au 19 novembre, 5,6 millions de vaccins contre la grippe ont été retirés gratuitement en pharmacie, dont 4,7 millions pour les plus de 65 ans. Ces chiffres sont un peu en dessous de la réalité car ils ne tiennent pas compte des patients qui, arrivés en pharmacie, avaient oublié leur carte vitale et à qui on a quand même donné le vaccin.

"Une forte épidémie de grippe tous les 10 ans"

"Cette année, on a vu un rebond" des rhumes et des rhinopharyngites, donc on peut se demander "si la grippe ne va pas être plus forte" elle aussi, craint Jacques Battistoni. 

"On ne sait jamais la force d'une épidémie de grippe à l'avance."

Jacques Battistoni, président du syndicat des médecins généralistes MG France

à franceinfo

"Il y a une forte épidémie de grippe tous les 10 ans environ et puis, pendant quelques années, ça se calme ensuite, explique le médecin. L'an dernier, il y a eu effectivement peu de grippes, comme il y a eu extrêmement peu de rhinopharyngite ou de rhumes. C'est certainement l'effet des mesures barrières." Gilles Bonnefond "rappelle qu'il y a eu une année où on a eu 17 000 morts liés à une épidémie de grippe, il faut donc faire attention, c'est un virus qui peut être très dangereux".

Moins de vaccinés qu'en 2020 mais plus qu'en 2019 à la même période

C'est en tout cas environ un million de moins que l'an dernier, car en 2020, 6,7 millions de vaccins contre la grippe ont été retirés en pharmacie par les personnes prioritaires à la même époque. En revanche, si l'on compare avec une année "normale" (hors pandémie), 600 000 personnes de plus ont été vaccinées contre la grippe cette année par rapport à 2019, où à la même époque, cinq millions de personnes prioritaires avaient retiré le vaccin dans les officines, selon les chiffres de l'Ordre des pharmaciens. "De plus en plus, la pharmacie est devenue un site à la fois de renseignements et un centre de vaccination à lui tout seul. Les patients nous font confiance", constate Gilles Bonnefond.

"Cela montre que quand on facilite le parcours, que c'est plus simple, c'est facile d'aller en pharmacie, on augmente la couverture vaccinale et c'est une bonne nouvelle." 

Gilles Bonnefond, le porte-parole de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine

à franceinfo

En 2021, en cette fin novembre, l'épidémie de grippe n'a pas encore démarré. À partir de lundi 22 novembre, tous les Français peuvent se faire vacciner contre la grippe pour une dizaine d'euros. Ils pourront recevoir l'injection par les médecins, infirmiers, sages-femmes, ou en officine par le pharmacien et désormais par le préparateur en pharmacie. "L’avantage, c'est que l'on a des pharmacies sur tout le territoire et que les pharmaciens ont répondu présents pour la vaccination, se félicite Gilles Bonnefond. Maintenant, même des préparateurs dans l'équipe officinale, supervisés par votre pharmacien, peuvent aussi vacciner".
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grippe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.