Variant Omicron et crise sociale aux Antilles : premières annulations pour le syndicat des opérateurs du voyage, "les choses commencent à se tendre"

La crise que traversent la Guadeloupe et la Martinique et la menace du nouveau variant du Covid-19 Omicron sont "une double-peine" pour les professionnels du tourisme.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le tourisme impacté par la crise aux Antilles et la cinquième vague de la pandémie de Covid-19 en Guadeloupe. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

"La situation n'est pas confortable, pour notre secteur et pour les voyageurs", a déclaré Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du voyage, le syndicat des agences de voyage, lundi 29 février sur franceinfo, alors que le variant Omicron du Covid-19 est en train d'arriver en Europe. "Les choses commencent à se tendre sérieusement depuis une quinzaine de jours et l'arrivée de la 5e vague", a-t-elle ajouté, rappelant que "cela fait presque 18 mois que les voyagistes font face à cette situation fluctuante". Plusieurs pays, dont la France, ont récemment décidé de fermer leurs frontières aux voyageurs en provenance d'Afrique australe où cette nouvelle souche a été détectée pour la première fois, tandis que d'autres pays - comme Israël et le Japon - ont fait le choix de se fermer à tous les ressortissants étrangers.

"Depuis septembre et octobre, nous avions repris un rythme encourageant de réservations", a indiqué Valérie Boned, affirmant que "la confiance était revenue". Mais selon la secrétaire générale des Entreprises du voyage, des annulations ont déjà été enregistrées parmi les réservations "dites d'hiver" qui sont traditionnellement des destinations long-courrier. "Cela a commencé avec les Antilles", a-t-elle déploré, évoquant "une double-peine" liée "au faible taux de vaccination" et "aux mouvements sociaux" en cours en Guadeloupe et à la Martinique. "Nous avons engrangé un arrêt total des réservations sur ces destinations, donc nous sommes très contrariés de cette situation", a-t-elle regretté.

Un secteur qui "s'adapte" et "des assurances Covid"

Elle a également déploré les "politiques extrêmement radicales" du Japon et d'Israël qui ont décidé de refermer leurs frontières à tous les visiteurs étrangers. Par ailleurs, les voyageurs qui se trouvaient au Maroc ont été "ramenés" en France, après la décision dimanche 28 novembre des autorités marocaines de suspendre tous les vols directs de passagers à destination du Maroc pour une durée de deux semaines à compter de ce lundi, a détaillé Valérie Boned.

Elle a toutefois rappelé que "des assurances Covid sont mises en place pour permettre le remboursement des clients", symbole d'un secteur qui "s'adapte" à cette crise sanitaire "et qui est plutôt réactif".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.