Vaccin contre le Covid-19

Résumé de la rubrique

Une arme de choix face au Covid-19. La campagne de vaccination contre le coronavirus Sars-CoV-2 a démarré dans le monde fin décembre 2020, moins d'un an après le début de la pandémie. Les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna ont été les premiers à recevoir une autorisation de mise sur le marché en Europe. Objectif : protéger contre les symptômes les plus graves du Covid-19. Si plusieurs pays européens ont commencé pieds au plancher leur campagne de vaccination, comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, la France a été critiquée pour sa lenteur. Un retard à l’allumage lié à une stratégie vaccinale jugée trop prudente et à un manque d’anticipation. Le gouvernement de Jean Castex a, au début de 2021, tenté d’accélérer le mouvement en ouvrant la vaccination à un plus large public ou en modifiant le protocole d’injection. Emmanuel Macron a martelé cet objectif d'accélération de la campagne vaccinale.L’autorisation d’autres vaccins comme AstraZeneca ou Janssen a permis d’augmenter le nombre de personnes vaccinées. En France, un autre vaccin est en cours d'élaboration chez Sanofi. Mais le temps presse car l’épidémie de Covid-19 a connu un fort regain d’intensité en Europe au printemps, avec l’arrivée de variants, comme ceux identifiés au Royaume-Uni, en Inde ou au Brésil.Cette accélération de la campagne de vaccination s’accompagne aussi de craintes liées aux effets secondaires potentiels des vaccins. Le vaccin d'AstraZeneca est désormais boudé, après le signalement de très rares cas de thromboses graves survenues après les injections. Le calendrier de la campagne de vaccination a été modifié à plusieurs reprises. Depuis le 12 mai, la vaccination est ouverte à tous les adultes, s'il reste un rendez-vous disponible la veille pour le lendemain sur Doctolib. Mi-mai, la France a franchi la barre des 20 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin.Avec l'accélération de la campagne de vaccination, se pose la question de l'instauration d'un "pass sanitaire". Les députés ont fini par approuver ce sésame qui permettrait de prouver que l'on est vacciné et qui permettrait de voyager et d'accéder à certains lieux ou services. Une autre question reste en suspens : quelle est la durée de l’immunité consécutive à la vaccination ? Plusieurs études se sont penchées sur la question mais les données sont encore trop récentes pour avoir une vision à long terme. L’OMS estime d’ailleurs qu’il n'y aura pas d'immunité collective en 2021, malgré les "progrès incroyables" réalisés par les scientifiques qui sont parvenus à développer plusieurs vaccins, sûrs et efficaces, contre le Covid-19 en moins d'un an. Franceinfo répond aux questions que vous vous posez sur les vaccins.