Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : 500 postes "suspendus" à l'usine PSA de Rennes en raison de la crise

Les intérimaires concernés, recrutés au mois d'août, "ne seront pas renouvelés ou se retrouveront au chômage partiel", a expliqué une responsable de la communication de PSA samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des salariés de l'usine PSA de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 17 juin 2020.  (MAXPPP)

Une nouvelle conséquence de la crise économique liée à l'épidémie de Covid-19. L'usine PSA à Rennes (Ille-et-Vilaine) va suspendre les 500 postes de son équipe de nuit, principalement des intérimaires recrutés en août, a appris l'AFP auprès de la direction du site, samedi 7 novembre. 

"A partir du 16 novembre, 500 postes vont être suspendus, essentiellement des intérimaires. Notre réseau commercial est fermé et nous anticipons une baisse du marché automobile de 25%", a déclaré une responsable de la communication de PSA, ajoutant que les intérimaires sous contrat "ne seront pas renouvelés ou se retrouveront au chômage partiel". Ces postes étaient directement liés au succès de la C5 Aircross. L'information a été annoncée lors d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire vendredi.

Les salariés en contrat à durée indéterminée seront affectés en équipe de jour et doubleront certains de leurs collègues. 

"Nous sommes inquiets pour l'avenir du site"

"Cette annonce provoque beaucoup d'amertume, même si tout le monde s'y attendait un peu car les ventes chutent royalement, a réagi Laurent Valy, délégué CFDT, premier syndicat de l'usine, et secrétaire du CSE. C'est une suspension mais nous n'avons aucune certitude que l'équipe sera remontée, on casse une équipe de nuit qu'on était fiers d'avoir réussi à remonter fin août". 

"Plus globalement, nous sommes inquiets pour l'avenir du site parce qu'un projet de production de véhicule se décide trois ans avant la commercialisation. Or, pour l'instant, il n'y a pas de véhicule attribué à Rennes. PSA s'est engagé dans une convention avec la région à fabriquer des automobiles à La Janais jusqu'en 2024. Or cette année-là, les deux véhicules que nous produisons seront en fin de vie", a alerté le délégué syndical. 

L'usine de Rennes-La Janais, qui emploie environ 2 200 salariés et 800 intérimaires en temps normal, fabrique la 5008 et la C5 Aircross.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.