Cet article date de plus de deux ans.

Coronavirus : plus de 100 cas positifs dans un abattoir breton, signale l'Agence régionale de santé

Les personnes diagnostiquées positives au Covid-19 sont contactées par l'assurance maladie qui identifie l'ensemble de leurs contacts à risque.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Abattoir de Cernay, dans le Haut-Rhin. (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Plus de 100 personnes ont été testés positifs au Covid-19 dans un abattoir des Côtes-d'Armor à l'issue d'une deuxième campagne de dépistage, a annoncé mercredi 20 mai l'Agence régionale de santé (ARS). "La campagne de dépistage menée mardi auprès de 818 personnels a fait apparaître 44 cas positifs supplémentaires, portant le total de cas confirmés au sein de l'entreprise à 109", indique l'ARS dans un communiqué.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Une première opération de dépistage avait été effectuée vendredi auprès de 209 salariés de cette entreprise Kermené. "Comme cela était attendu, le taux d'incidence [de cette deuxième campagne] est inférieur à celui observé lors de la première opération qui avait concerné l'environnement de travail plus immédiat des premiers cas contacts identifiés dans l'entreprise (5% de cas positifs sur les personnels testés le 19 mai contre 30% de cas positifs sur les personnes testées le 15 mai)", poursuit le communiqué.

Les personnes diagnostiquées Covid-19 sont contactées par l'assurance maladie qui identifie l'ensemble de leurs contacts à risque "afin d'appliquer le dispositif de quatorzaine pour ces personnes, ainsi que la prescription d'un test virologique et de masques sanitaires", indique le communiqué. Selon le site internet de l'entreprise, "Kermené fournit l'ensemble des magasins E. Leclerc en produits de boucherie, charcuterie et traiteur, destinés à la fois aux rayons traditionnels, frais emballé et libre-service".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.