États-Unis : "Let's go Brandon", l'insulte (cachée) contre le président Biden

écouter (3min)

Trois mots pour un slogan, devenu depuis début novembre le cri de ralliement des anti-Joe Biden aux États-Unis : "Let's go Brandon".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un manifestant brandit une pancarte "Let's go Brandon" à Los Angeles (Californie), le 8 novembre 2021. (AFP)

En quelques semaines, le slogan a littéralement envahi le pays. Il s'affiche sur les casquettes, les mugs, les tee-shirts, les sacs à dos, les réseaux sociaux... On le reprend en choeur dans les stades et les compétitions sportives, il s'est même glissé jusque dans les travées du Congrès à Washington: "Let’s Go Brandon", littéralement un encouragement "Allez Brandon !".

En réalité une phrase codée qui renvoie à l'expression "Fuck You Biden" ("Biden va te faire foutre"). Une insulte qui résume à elle seule la détérioration du climat politique dans l'Amérique d'après Trump, la polarisation de la société, et la chute de popularité du nouveau président – son parti a été récemment défait dans une élection locale en Virginie – qui a beaucoup de mal notamment à faire adopter ses plans de relance post-Covid.

Brandon, pilote de Nascar

Pourquoi "Brandon" ? Le slogan trouve son origine dans l'interview télévisée d’un jeune coureur automobile de l'Alabama, Brandon Brown. Le 2 octobre, après avoir gagné une course, il est interrogé sur le circuit par NBC Sport. Pendant qu'il répond aux questions de la journaliste, une rumeur monte des tribunes. On n'entend pas très bien. Dans l'excitation du moment, la journaliste traduit pour les télespectateurs : "ils vous encouragent, ils disent 'Allez Brandon !'"

Sauf qu'elle a mal compris. La foule n'encourage pas du tout le pilote, les spectateurs profitent de passer à la télé pour crier : "Fuck You Biden !". La séquence devient virale, rapidement le slogan "Let’s Go Brandon" dépasse le cercle des circuits Nascar, qui attirent un public blanc, populaire et très à droite. Il s'impose comme un moyen détourné de violemment taper sur le président américain sans avoir à prononcer le  "F. word" – mot qu'une personne bien élevée évite en général de prononcer.

Un pilote de Southwest Airlines l'a même dit à ses passagers lors d'un message en cabine à la fin d'un vol Houston - Albuquerque. La compagnie a jugé ça déplacé et a lancé une enquête interne.

Les élus conservateurs tendance trumpiste ont eux aussi trouvé ça très drôle. Pour vous donner deux exemples parmi beaucoup d'autres, le républicain Jeff Duncan, de Caroline du Sud, est arrivé le 1er novembre à la Chambre des représentants avec un masque anti-covid rouge portant cette inscription "Let’s Go Brandon". Ça n'a pas du tout plu aux démocrates. 

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, un poids lourd que certains voient déjà à la Maison Blanche en 2024, s'est lui moqué dans l'un de ses discours de "l’administration Brandon".

On ne sait pas combien de temps cette petite mascarade va durer. Les partisans du président Biden ont riposté sur les réseaux sociaux avec un hashtag #ThankYouBrandon («Merci Brandon ») qui semble-t-il a moins de succès.

Quant à Brandon, le pilote, bien malgré lui à l'origine de cette histoire, il a malheureusement beaucoup de mal à garder ses sponsors qui ne veulent pas être accusés de parti pris politique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.