Chine : Xi Jinping renforce son influence et son autorité

écouter (3min)

En Chine, près de 400 dirigeants du Parti commmuniste se retrouvent à partir du lundi 8 novembre et jusqu'à jeudi à huis clos à Pékin pour la 6e réunion de leur Comité central. À un an de l'échéance présidentielle, le président Xi Jinping veut en profiter pour consolider son autorité.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président chinois Xi Jinping lors la 19e Commission centrale du Parti communiste à Pekin (Chine). (LI XUEREN / XINHUA via MAXPPP)

Lors de cette réunion du Comité central du PCC, le président Xi Jinping veut notamment faire adopter une résolution saluant les réalisations du Parti communiste au cours de son histoire. Or en cent ans, avant lui seuls Mao Zedong en 1945 et Deng Xiaoping en 1981 l’ont déjà fait.

La motion, qui devrait à la fois glorifier les actions passées du PCC et préparer l'avenir de la Chine vers « une nouvelle ère de prospérité commune »permettra à Xi d'endosser la stature d'héritier, de se poser comme leur égal. En un mot de verrouiller son pouvoir, un an avant le Congrès du PCC (prévu à l'automne 2022) chargé de désigner le futur président. Asseoir sa place dans l’histoire c'est aussi, pour Xi Jinping, afficher son autorité absolue.

A 68 ans, l'actuel président chinois a déjà deux mandats à son actif. Mais il ne veut pas s'arrêter là : il a modifié la Constitution en 2018 pour pouvoir se présenter une troisième fois. Il espère devenir le premier président depuis Mao à garder le pouvoir plus de dix ans et inscrire son nom au panthéon du Parti.

La pensée de Xi étudiée à l'école

Une grande ambition personnelle et un culte de la personnalité qui se renforce depuis son arrivée au pouvoir : Xi Jinping s'affiche en grand partout dans le pays, chaque jour il fait la une des médias, et plus le Congrès approche plus sa main-mise idéologique grandit.

"Je veux aimer les gens comme j'aime mes parents" dit celui qui se présente comme le père de tous les Chinois. Sa pensée, déjà inscrite dans la Constitution, est devenue l'an dernier une matière (à part entière) dans toutes les universités. Cette année, elle est aussi étudiée dans les petites classes. À la rentrée, les élèves de primaire ont eu droit à un nouveau manuel qui ne fait que vanter les mérites de "Grand-père Xi".

Depuis 2019 il existe également une application – oficiellement, la plus téléchargée en Chine – pour découvrir la pensée de Xi. À chaque article lu ou chaque vidéo regardée, l'utilisateur gagne des points. Ca lui permet d'augmenter son crédit social (le système de notation des citoyens) et d'avoir des tarifs réduits dans les transports ou un accès plus facile à un crédit à la banque.

Le Parti, une armée où rien ne dépasse

Il tient aussi le Parti communiste : élite dirigeante réduite, discipline de fer, Xi l'a transformé en véritable armée, où la plupart des membres n'ont pas voix au chapitre. Il le présente comme un bloc entièrement acquis à sa cause.

En matière économique, le Parti-État joue un rôle de plus en plus fort au détriment des entreprises privées qui, selon lui, risqueraient de l'affaiblir. On l'a vu notamment dans le domaine des nouvelles technologies. C'est un virage radical après des décennies de libéralisme. On est loin des années 80 où la Chine avait embrassé le capitalisme, le consumérisme et l'Internet.

Xi Jinping rétablit une relation maoïste, voire impériale, au pouvoir et au politique. Beaucoup de cadres dirigeants n'apprécient ni son fonctionnement dictatorial, ni son ambition personnelle démesurée, ni son raisonnement économique, ni son agressivité en matière de politique étrangère. Mais il a tellement verrouillé les choses que personne aujourd'hui ne peut le contester ouvertement. Et encore moins lui faire de l'ombre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.