Au Sénégal, le comité des Miss au cœur d'un scandale d'agression sexuelle

écouter (3min)

Au Sénégal, le milieu des Miss secoué par un scandale. Des organisations féministes portent plainte à Dakar. Elles accusent la présidente du comité de faire "l'apologie du viol". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo de  Fatoumata Dione, Miss Sénégal 2020, postée sur le compte Instagram ducomité Miss Sénégal. (CAPTURE D'ÉCRAN)

C'est une ancienne reine de beauté qui a ouvert la boîte de Pandore. Ndèye Fatima Dione, Miss Sénégal 2020, révèle la semaine dernière avoir été victime de violences sexuelles lors d'un voyage organisé par le comité. Elle assure même être tombée enceinte après l'agression.
Dans la foulée de ses aveux, la parole se libère. D'autres candidates dénoncent un fonctionnement malsain au concours, un animateur qui leur fait régulièrement des avances et les favorise pendant la compétition si elles acceptent.

Mais la présidente du comité d'organisation des Miss banalise l'affaire. Pire, elle déclare à l'attention de Ndèye Fatima Dione lors d'une conférence de presse : "Si on te viole, c'est que tu l'as bien cherché. Elle est majeure !".

Des déclarations en forme d'électro-choc : prononcer ces mots, c'est faire l'apologie du viol. Or depuis janvier 2020, au Sénégal le viol n'est plus un délit mais un crime avec un délai de prescription de dix ans.

Demande de dissolution du Comité des Miss

Plusieurs associations de défense des femmes lancent une pétition pour la dissolution du Comité des Miss. Le texte recueille plus de 60 000 signatures. Elles réclament l'ouverture d'une enquête judiciaire sur les coulisses du concours.
Sur les réseaux sociaux, elles ont aussi repris les mots clés #metoo ou #balancetonporc et demandent aux Sénégalais de se filmer pour dire leur soutien à la miss 2020.

Des femmes - mais aussi des hommes participent. De son côté, la ministre de la femme encourage officiellement les victimes à demander réparation.

Des excuses peu convaincantes

Entre-temps pourtant, la présidente du comité est revenue sur ses propos. Amina Badiane a publié une vidéo en wolof pour présenter ses excuses. 

Elle n'a convaincu personne. L'un des sponsors du Comité Miss Sénégal, le groupe de distribution automobile CFAO, a rompu son partenariat : il ne met plus aucune de ses voitures à disposition des candidates ou des organisateurs.
Le groupe e-media, propriétaire de la chaîne Itv, lui ne veut plus voir son logo associé à la cérémonie. D'autres sont incités à suivre.

Et pourtant porter plainte pour violence sexuelle au Sénégal reste un parcours difficile : la victime est souvent montrée du doigt, la loi a encore du mal à être appliquée. Une autre femme peut en témoigner : Adji Sarr, l'employée d’un salon de massage qui avait accusé l’opposant politique Ousmane Sonko de l’avoir violée. Cette affaire avait déclenché de violentes émeutes et profondément divisé le pays mais la parole d'Adji Sarr n'avait pas vraiment été prise au sérieux. L'histoire de Ndèye Fatima Dione contribuera (peut-être) à changer les choses.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.