Cet article date de plus de cinq ans.

Les Bleus si près du but

écouter
En remportant pour la première fois l'Euro, le Portugal, qui n'avait pas battu la France depuis 1975 a écrit une nouvelle page de son histoire au détriment des Bleus qui avaient pourtant dépassé leur objectif.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
 (Le Portugal bat la France en finale de l'Euro 1 à 0 et la déception se lit sur les visage des supporters des Bleus © Reuters / Benoit Tessier)

La désillusion est cruelle pour les Bleus, près du sacre. Le Portugal a remporté l'Euro-2016 en battant la France 1 à 0 en prolongation, dimanche, au Stade de France malgré la sortie sur blessure de la star portugaise Cristiano Ronaldo en début de match. Les Bleus sont pourtant allés au-delà de leur objectif avec une place en finale et ils ont pourtant fait rêver des millions de supporters. La Fédération français de football (FFF) leur donne rendez-vous pour les matchs de qualifications en vue du Mondial de 21018.

■ La meilleure attaque et pourtant...

Le premier paradoxe se lit sur le tableau des statistiques. L’équipe de France a signé 18 tirs dont sept cadrés contre 9 tirs dont 3 cadrés pour le Portugal. 

Les Bleus n’ont pas su ou pu marquer, mais pour l’attaquant Antoine Griezmann, sacré meilleur buteur du tournoi avec six buts, il n’y a pas de regret à avoir. "On a tout donné. Contre l’Allemagne, on a eu de la réussite devant le but, mais ce soir ça n’a pas été le cas".

"Il n’y a pas de regret, on a tout laissé sur le terrain" : Antoine Griezmann, attaquant des Bleus
écouter

Rui Patricio, le gardien portugais, auteur d’un grand match, puis le poteau trouvé par Gignac dans les arrêts de jeu de la seconde période et le manque de fraîcheur physique en prolongation ont fini d’achever les Bleus. L’équipe portugaise a mieux fini. Et le but d’Eder, à la 109e, est arrivé après quatre alertes sérieuses. La plus dangereuse est venue de l’ancien Lorientais, Guerreiro, qui a envoyé, un coup franc sur la barre. Incapable de réagir après le but, la France perd son Euro.

Le second paradoxe de cette finale perdue par les Bleus tient à la qualité de leur attaque. L'équipe finit au top du tournoi avec treize buts. Et le soulier d’or de meilleur buteur va à Antoine Griezmann.

■ Le Portugal, vainqueur sans Ronaldo mais pour lui

Tout a failli s'écrouler pour l'équipe portugaise à la 25ème minute, quand Cristiano Ronaldo, son guide, son phare, est sorti sur blessure. Il était difficile de faire plus mauvaise entame pour une équipe qui misait beaucoup sur sa star de 31 ans. Le défenseur et homme du match, Pepe, lui rend hommage ainsi qu'à son sélectionneur, Fernando Santos. "J'ai dit à mes équipiers qu'il fallait gagner le match pour lui et se battre pour lui" explique Pepe. "Le sélectionneur nous a surpris à la mi-temps. Il a modifié la configuration de notre plan de jeu. Il a effectué les changements au moment où il le fallait" ajoute le défenseur portugais. 

La victoire du portugal pour Ronaldo mais sans lui : le reportage de Jérôme Val
écouter
 

Le Portugal est aussi une équipe de paradoxe dans cet Euro. Elle avait fini troisième de sa poule, elle n'a gagné qu'une seule fois dans le temps règlementaire et elle n'a mené que 73 minutes sur les 720 minutes jouées. Pourtant, la voila championne grâce à un but marqué à la 110ème minute. C'est un premier trophée et une immense fierté pour le sélectionneur Fernando Santos. "C'est un jour spécial pour le peuple portugais, parfois, on ne croit pas assez en nous-même" déclare-t-il.Le Portugal a maintenant un gros appétit. Fernando Santos a prévenu : les regards sont tournés vers la Coupe du Monde dans deux ans pour un doublé, comme l'a fait l'Espagne en 2008 et 2010.   

■ Deschamps : "Le Portugal n’est pas là par hasard"

"Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs. Ils ont été extraordinaires depuis le départ. Il manque l'essentiel, pour eux, pour tout ce public qui est derrière cette équipe depuis des semaines" , a déclaré dimanche soir Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus. 

"On a eu nos opportunités. Avec un peu plus de lucidité, de fraicheur et un peu de réussite, ça aurait pu tourner en notre faveur" , ajoute-t-il. "On s'attendait à ce type de match. Avec l'envie d'aller chercher ce but, on a laissé un peu d'espace, ils nous ont punis", a-t-il précisé. "Il y a peut-être eu des générations de Portugais avec plus de talent, mais ils n’ont rien gagné" a conclu Didier Deschamps.

"Bravo ! Il n’y a pas à leur enlever quoi que soit, il y a juste à les féliciter" : Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France
écouter

■ Le cauchemar de Gignac

André-Pierre Gignac a touché le poteau juste avant la fin du temps réglementaire. L'ancien joueur de Marseille, actuellement au Mexique chez les Tigres de Monterrey, ne cachait pas sa déception. "On va passer de mauvaises vacances" pressent l'attaquant des Bleus. 

"Tout n'est pas négatif. Il y a cette ferveur, on a redoré le blason de l'équipe de France. Malheureusement, on n'a pas fini en apothéose et c'est le plus triste" : André-Pierre Gignac
écouter

■ Déjeuner à l'Elysée

L'équipe de France de football ne défilera pas ce lundi avenue Foch à Paris, comme cela avait été dans un premier temps évoqué, selon le service des sports de France Info. Dimanche, les autorités avaient annoncé la tenue d'un défilé depuis la place de l'Etoile, que les Bleus remportent ou non la finale de l'Euro. Les footballeurs français ont été reçus à l'Elysée à la mi-journée ce lundi pour un déjeuner avec le président de la République François Hollande.

■ Tour Eiffel fermée 

La Tour Eiffel est fermée au public ce lundi, "suite aux incidents" dimanche soir entre supporters et forces de l'ordre en marge de la finale. Si Colombe Brossel, adjointe à la mairie de Paris chargée de la sécurité reconnait quelques "débordements" , l’élue rappelle que "le bilan, c'est aussi plus d'un million de personnes qui ont fréquenté la fan-zone à Paris, sans aucun incident notable" .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.