Cet article date de plus de huit ans.

Sandrine Rousseau : "La société est prête pour l'euthanasie"

écouter
Le débat sur l'euthanasie relancé après les déclarations de Sandrine Rousseau, porte-parole nationale d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) et vice-présidente de la région Nord-Pas-de-Calais, sur le suicide de sa mère, atteinte d'un cancer en phase terminale. Sandrine Rousseau réclame la législation du suicide assisté.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Sur son blog, Sandrine Rousseau explique comment elle a
respecté la volonté de sa mère
et assisté avec son père à son suicide et à son
agonie. "Rien de tout cela n'a été digne en réalité. Ni pour elle, contrainte
à l'indignité de devoir mourir devant sa fille et son mari, de se vider,
d'étouffer, d'agoniser en mille et une souffrances. Ni pour nous, ses proches,
contraints de subir une des plus dures épreuves qu'il nous ait été donné de
traverser. Alors oui, mourir dans la dignité a un véritable sens."

La mère de Sandrine Rousseau avait demandé à sa famille de
ne pas témoigner, mais Sandrine Rousseau voulait "que les gens sachent ce
que cela signifie concrètement de ne pas avoir d'euthanasie dans un pays. Que cela
se fait au domicile des personnes, en cachette et que cela traumatise les gens.
Si mon témoignage peut permettre de faire une loi qui respecte les personnes
jusqu'à la fin de leur vie j'en serai très heureuse.
"

Si le discours de Sandrine Rousseau est très cru, violent, c'est
pour que les gens sortent de la théorie et rendre les situations concrètes. "Elle
nous avait donné la consigne de ne pas l'emmener à l'hôpital, mais au bout de
8h30 j'ai craqué. C'est très dur de faire cela car on le fait contre la volonté
des personnes.
"

"Ces personnes sont seules au moment où elles font le
choix de mourir, de prendre des médicaments et de faire porter la responsabilité
à leur entourage. C'est inhumain. On est dans une situation qui est proche de
celle de l'avortement avant la légalisation et c'est pour cela que je la
dénonce.
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.