Le fondateur de l’enseigne Zara investit dans les énergies renouvelables

écouter (3min)

Amancio Ortega franchit le pas à l’âge de 85 ans. Il mise sur un parc éolien situé au nord-est de l’Espagne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 Amancio Ortega, le 19 juillet 2019. (CABALAR / EFE)

Amancio Ortega, patron multimilliardaire de de l’enseigne Zara, va apporter des fonds pour développer un parc éolien aux côtés du groupe pétrolier Repsol. L’homme d’affaires, qui a fait fortune avec son empire de l’habillement, a investi exactement 245 millions d’euros via sa société Pontegadea dans ce parc éolien baptisé Delta situé dans la région de Saragosse. Un investissement qui lui permet de détenir la moitié de la ferme éolienne. Entré en service au mois de mars dernier, ce parc éolien dispose d’une capacité de 990 gigawatts/heure, l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de 300 000 foyers. C’est le premier investissement du fondateur de Zara dans le secteur des énergies renouvelables.

Est-ce sincère ou cela participe-t-il plutôt de ce que l’on appelle le greenwashing , le "lavage vert" en Français, c’est-à-dire se donner bonne conscience en investissant dans l'environnement ? En réalité, la société mère de la marque Zara a pour objectif de devenir entreprise "zéro émission de carbone" d’ici 2050. Il y a donc visiblement une vraie volonté industrielle. L’investissement dans ce parc éolien avec le pétrolier Repsol va permettre à la maison-mère de Zara d’accélérer la croissance dans ce secteur. Amancio Ortega a développé au fil des ans un véritable empire financier et, il y a deux ans, il s’est lancé dans l’énergie conventionnelle en prenant une participation de près de 300 millions d’euros dans le groupe de transport gazier Anagas.

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

La fortune du fondateur de Zara est estimée aujourd’hui par le magazine américain Forbes à 67 milliards d’euros, ce qui en fait l’un des hommes les plus riches du monde. Outre son récent investissement dans les énergies renouvelables, Amancio Ortega dispose également d’un portefeuille immobilier d’une quinzaine de milliards d’euros. Dans ce portefeuille figure notamment le siège d’Amazon à Seattle aux États-Unis, la Tour Picasso à Madrid ou encore de nombreux immeubles à Paris, New-York, Londres et Barcelone.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.