Cet article date de plus de six ans.

Noël Mamère : la fusion des listes, une "incongruité politique"

écouter (10min)
Invité ce vendredi de France Info, le député-maire écologiste de Gironde compare la fusion des listes préconisée par Manuel Valls à un "abandon en rase campagne". Pour Noël Mamère, le Premier ministre veut construire un parti social-démocrate "sur les ruines du parti socialiste et de la gauche."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Noël Mamère en meeting hier soir à Montpellier © MAXPPP)

 "Je considère que c'est un abandon en rase campagne. On ne peut pas commencer une campagne des régionales qui a une telle d'importance vu la montée de l'extrême droite en s'affirmant vaincu dès le départ " réplique Noël Mamère à Manuel Valls qui n'écarte pas l'hypothèse d'une fusion des listes de droite et de gauche entre les deux tours des régionales. "Je trouve qu'il y a une certaine incongruité politique à vouloir associer les listes de droite et de gauche pour faire barrage au Front national. C'est une sorte de sparadrap sur une jambe de bois. Valls et quelques autres ont une responsabilité particulièrement lourde dans la confusion entre la droite et la gauche, et donc la confusion se met dans l'esprit des électeurs qui pour beaucoup ne savent plus faire la différence. Et c'est parce qu'ils ne savent plus faire la différence que bien souvent ils vont rester chez eux, s'abstenir et certains d'ailleurs ont déjà fait le passage de la gauche à la droite et de la droite à la droite extrême et donc donner leurs voix à madame Le Pen".

Manuel Valls " a déclaré la guerre à la gauche"

Pour Noël Mamère, "l'agenda" de Valls, qui "n'est pas celui de la France", c'est de "constituer un parti social-démocrate à l'italienne comme il en a toujours rêvé, mais ce parti il ne le construira que sur les ruines du parti socialiste et de la gauche et nous nous ne voulons pas cela".   Et il insiste : "Je pense que monsieur Valls a un agenda très précis, une feuille de route très précise qui passe par la ruine et l'effondrement du parti socialiste et de la gauche. C'est pas une déclaration de guerre. C'est lui qui a déclaré la guerre à la gauche".

A LIRE AUSSI ►►► Régionales : Manuel Valls persiste et signe sur l'hypothèse d'une fusion

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.