"Sur les métaux de la transition énergétique, l'Europe doit se bouger très vite !", selon Christel Bories, PDG du groupe Eramet

écouter (8min)

La patronne du groupe minier français souligne que la Chine est "quasi monopolistique" sur les batteries des voitures électriques.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christel Bories, la PDG du groupe minier français Eramet, le 1er décembre 2021 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le lithium, le cobalt ou encore le nickel sont de plus en plus recherchés. La transition énergétique, et en particulier l'essor des voitures électriques, dopent la demande. Invitée éco de franceinfo, mercredi 1er décembre, Christel Bories, la PDG du groupe minier français Eramet – 3,5 milliards de chiffre d'affaires en 2020 –, appelle l'Europe à "se bouger très vite, si elle ne veut pas voir disparaître toute l'alimentation amont de sa chaîne" industrielle.

"Rattraper la Chine, qui a pris une avance considérable, va être difficile, explique la dirigeante. La Chine est quasi monopolistique sur les batteries."

80% du lithium mondial est raffiné en Chine. La Chine a mis la main sur 40% des gisements mondiaux, même s'ils ne sont pas sur son territoire. 

Christel Bories, PDG du groupe Eramet

sur franceinfo

Pour la dirigeante, en Europe, il y a "maintenant une prise de conscience réelle". Mais "l'Europe n'a pas encore les outils économiques ni politiques pour investir en dehors de son territoire comme le font d'autres pays du globe."

Limiter l'impact environnemental  

Eramet vient d'annoncer l'ouverture d'une usine de lithium en Argentine, début 2024. "On a la chance d'avoir un gisement exceptionnel, explique Christel Bories, le quatrième au monde". Cette usine fournira "notamment les fabricants de batteries", explique la patronne d'Eramet. "Elle va produire du carbonate de lithium. On est en discussion avec les fabricants de batteries et les constructeurs automobiles européens."

Mais comment ne pas aggraver, avec un gisement comme celui-là, la crise environnementale ? "Il faut y faire très attention", répond Christel Bories, "et avoir des acteurs miniers responsables". La dirigeante assure que son groupe respecte "toute une série de règles pour extraire de façon frugale", en limitant notamment l'utilisation de l'eau : "On est sur le podium de la plupart des agences environnementales."



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.