13-Novembre : Marlène Schiappa déplore les propos d'Éric Zemmour et appelle à "l'unité de la République"

écouter (26min)

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur chargée de la Citoyenneté était l'invitée du "8h30 franceinfo", dimanche 14 novembre. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur chargée de la Citoyenneté était l'invitée du "8h30 franceinfo", dimanche 14 novembre. Elle répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et de Jean-Jérôme Bertolus. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté, était l'invitée du "8h30 franceinfo", dimanche 14 novembre. Attaques d'Eric Zemmour sur les attentats du 13 novembre 2015, les contrôles du pass sanitaire renforcés, l'abstention en 2022... Elle répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et de Jean-Jérôme Bertolus. 

Attentats du 13-Novembre : il faut "rester au-dessus des basses polémiques"

"La pré-campagne est d'une grande violence", juge sur franceinfo Marlène Schiappa, ajoutant qu'un "piège nous est tendu". Il faut tâcher "de rester au-dessus de ces basses polémiques", explique-t-elle.

Éric Zemmour a accusé ce vendredi François Hollande de n'avoir "rien fait" pour prévenir les attentats du 13 novembre 2015. "Le pouvoir était au courant du danger, et il a préféré que des Français meurent plutôt que d'empêcher des migrants de venir en France", a déclaré le possible candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle lors d'un déplacement à Bordeaux. Ce samedi soir, devant le Bataclan, il a réitéré ses propos, reprochant à François Hollande d'avoir "pris une décision criminelle de laisser les frontières ouvertes".

Invitée à réagir sur ces propos, Marlène Schiappa rappelle que "le but des terroristes est de diviser le pays, de faire en sorte qu'en France, les gens s'empoignent les uns les autres. Ils se sont attaqués à notre mode de vie, à la mixité, à des endroits de fête, où l'on se mélange", relayant ainsi la réponse de François Hollande à Éric Zemmour. L'ancien président de la République a dénoncé "les polémiques sciemment entretenues" et qui n'ont "qu'un seul but, éviter que nous soyons cohérents, unis face à ce drame".

La ministre déléguée à la Citoyenneté a ajouté que "personne n'a envie d'entendre ce type de propos pendant des moments de recueillement", et qu'elle ne souhaitait pas faire écho à ces propos, dans le contexte notamment du procès et des commémorations des attentats du 13-Novembre. Elle veut néanmoins "ne rien laisser passer sur les valeurs, et sur l'unité de la République".

Par ailleurs, Marlène Schiappa a tenu à répondre à l'insulte lancée par Éric Zemmour à son encontre. Il l'a traitée d'imbécile après qu'elle se soit inquiétée d'une séquence filmée montrant Éric Zemmour pointer avec une arme des journalistes suivant son déplacement au salon Milipol, à Villepinte. Son insulte "en dit plus sur lui que sur moi", conclut la ministre.

Pass sanitaire : 14 verbalisations sur 3 500 établissements contrôlés

Durant la semaine du 1er au 7 novembre, "près de 3 500 établissements ont été contrôlés", annonce Marlène Schiappa, "seulement 14 ont été verbalisés". Dans la détail, 3 486 établissements ont été contrôlés, 35 infractions ont été constatées, ce qui a donné lieu aux 14 verbalisations mentionnées par la ministre mais aussi à 5 arrêtés de fermeture et 16 mises en demeure de se mettre en conformité sous peine de fermeture, a appris franceinfo.

Marlène Schiappa assure que conformément à l'annonce d'Emmanuel Macron, lors de son allocution mardi, "les contrôles de police sur le pass sanitaire vont être renforcés" et rappelle qu'il "n'y a pas de pause pendant Noël parce que le virus ne fait pas de pause".

Une "grande campagne d'incitation au vote" pour l'élection présidentielle

L'abstention a battu des records à chaque scrutin depuis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, à l'exception des européennes. "Une grande campagne d'incitation au vote" sera lancée au début du mois de janvier, trois mois avant le premier tour de l'élection présidentielle, annonce Marlène Schiappa,

L'explosion de l'absention est "une alerte démocratique" selon la ministre déléguée, qui constate notamment que "les jeunes ne vont pas voter", alors qu'ils ont "rarement autant manifesté leur engagement", à l'image du mouvement Youth for Climate et de leur participation aux rassemblements pour l'égalité femmes-hommes.

Retrouver l'intégralité du "8h30 franceinfo" du dimanche 14 novembre 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.