Indemnité inflation : les étudiants boursiers et ceux fiscalement autonomes seront également concernés, confirme Gabriel Attal

Publié
Indemnité inflation : les étudiants boursiers et ceux fiscalement autonomes seront également concernés, confirme Gabriel Attal
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Gabriel Attal était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 22 octobre. Le porte-parole du gouvernement a notamment donné des précisions sur l'indemnité inflation annoncée la veille par Jean Castex. 

Jeudi 21 octobre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que 38 millions de Français allaient percevoir une "indemnité inflation" de 100 euros afin de lutter contre la hausse des prix du carburant, de l'énergie et des produits alimentaires. Les salariés du privé, les fonctionnaires, les retraités et les indépendants sont notamment concernés, de même que les étudiants, a confirmé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. "L'inflation peut aussi concerner les étudiants parce qu'il y a d'autres prix que le carburant qui augmentent", a-t-il affirmé sur le plateau des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 22 octobre. 

Deux tiers des étudiants concernés 

Le porte-parole a précisé que les étudiants boursiers et ceux fiscalement autonomes pourront donc toucher cette indemnité inflation. "Je crois que ça fait autour des deux tiers des étudiants français", a ajouté Gabriel Attal. Par ailleurs, ce dernier a fait savoir que "ces 100 euros ne seront pas fiscalisés". "Ça veut dire : pas d'impôt sur le revenu sur cette indemnité de 100 euros, pas de charge non plus sur cette indemnité", a-t-il poursuivi. 

Gabriel Attal a également expliqué que si le gouvernement n'avait pas tranché en faveur d'une baisse des taxes, c'est parce que "rien ne nous disait que ça allait améliorer le quotidien ou le pouvoir d'achat des Français". "Quand vous baissez les taxes, vous n'avez pas la garantie que ça va être répercuté sur le prix, a-t-il affirmé. Contrairement à l'électricité et au gaz, le prix du carburant n'est pas réglementé." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.