Vidéo Présidentielle 2022 : l'ISF climatique d'Anne Hidalgo alimentera "un fonds d'accompagnement de la transition écologique"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Il faudra "peut-être prendre d'autres périmètres" que le seuil d'1,3 million d'euros à partir duquel les contribuables étaient autrefois assujettis à l'ISF, avance la candidate socialiste.

L'"impôt sur la fortune (ISF) climatique" proposé par Anne Hidalgo sera "entièrement dédié à un fonds qui sera un fonds d'accompagnement de la transition écologique, notamment pour les plus modestes", a précisé la candidate socialiste à la présidentielle, lundi 25 octobre, dans les "Matins présidentiels" de franceinfo. Il sera créé "pour que ces ménages les plus modestes puissent acquérir, par exemple, un véhicule électrique", a-t-elle ajouté.

>> Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Anne Hidalgo sur franceinfo.

Cet ISF climatique sera proche de l'ancien ISF, remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) au début du quinquennat d'Emmanuel Macron. "On va travailler" sur ses modalités, a précisé la maire de Paris, car "il faut peut-être prendre d'autres périmètres" que le seuil d'1,3 million d'euros à partir duquel les contribuables étaient autrefois assujettis à l'ISF.

Pas de cas par cas

"Les ménages les plus fortunés, les plus riches ou en tout cas les plus aisés, sont ceux qui consomment le plus et qui, de fait, ont le bilan carbone le plus élevé", a assuré Anne Hidalgo, pour mieux défendre sa proposition. Pas question, pour elle, de différencier ceux qui ont des pratiques vertueuses des autres. "Je veux quelque chose qui soit simplement compris par les Françaises et les Français" et pas "une usine à gaz". "Je ne vais pas aller vérifier la nature des consommations de chacune des Françaises et des Français", a-t-elle insisté.

Le candidat écologiste Yannick Jadot propose lui aussi un ISF climatique, au cadre toutefois différent. Il taxerait davantage le patrimoine financier qui investit dans les énergies fossiles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.