Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Manifestations contre les violences policières aux Etats-Unis, le rappeur Snoop Dogg appelle au dialogue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Manifestations contre les violences policières aux Etats-Unis
CBS, REUTERS et APTN
Article rédigé par
France Télévisions

Trois cent personnes se sont réunies, dimanche, à Bâton-Rouge (Louisiane), devant le commissariat de police qui supervise le quartier où a été tué Alton Sterling. Le rappeur Snoop Dogg participait, quant à lui, à une manifestation en soutien à Los Angeles.

De grandes manifestations contre les violences policières se poursuivent aux Etats-Unis après la mort de Philando Castile, 32 ans, et d'Alton Sterling, 37 ans, tués par la police la semaine dernière à Bâton-Rouge (Louisiane) et à Minneapolis (Minnesota). Une centaine de personnes ont été arrêtées samedi soir et dimanche matin à Bâton-Rouge alors qu'elles refusaient, pour la plupart, d'évacuer la route qu'elles bloquaient.

Trois cent personnes se sont réunies dimanche après-midi devant le commissariat de police de Saint Anthony, qui supervisait le quartier de Falcon Heights où a été tué Philando Castile.

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards, s'est dit fier de la façon dont la police avait géré les manifestations, ajoutant que la réponse des forces de l'ordre avait été "modérée". La grande majorité des manifestants a agi pacifiquement et sans déroger à l'ordre public, a-t-il ajouté.

Le rappeur Snoop Dogg appelle au dialogue

Les meurtres de Dallas ont été condamnés par le mouvement "Black Lives Matter" ["La vie des Noirs compte", en anglais] et par plusieurs artistes qui le soutiennent. Snoop Dogg, qui vient de la scène gangsta rap de Californie du Sud, a conduit une marche pacifique, vendredi 8 juillet, devant le quartier général de la police de Los Angeles et appelé au dialogue : "Beaucoup de gens sont outrés parce qu'ils ne communiquent pas avec la police et nous essayons de combler le fossé en devenant ce moyen de communication afin que nous puissions ouvrir le dialogue", confie-t-il à un média américain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.