Migrants morts à Calais : "La seule solution, c'est de déclarer le littoral français comme une zone zéro migrant", réagit le député (LR) Pierre-Henri Dumont

Selon le député Les Républicains de la 7e circonscription du Pas-de-Calais, il faut développer les centres d'accueil des migrants et les amener "si besoin de force".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des tentes de migrants dans un camp à Calais le 31 mars 2020. (SEBASTIEN COURDJI / EPA)

"La seule solution, c'est de déclarer le littoral français comme une zone zéro migrant", réagit Pierre-Henri Dumont, député Les Républicains de la 7e circonscription du Pas-de-Calais, invité de franceinfo mercredi 24 novembre. Une réaction qui fait suite au naufrage mercredi 24 novembre après-midi d’une embarcation de migrants dans la Manche au large de Calais. Le dernier bilan de la police française faisait état d'au moins 27 morts.

"C'est la plus grande tragédie de l'Histoire en ce qui concerne les migrants disparus, noyés, dans la Manche", réagit Pierre-Henri Dumont. Le député appelle à ce que les migrants présents sur le littoral soient donc transportés dans de nouveaux centres pour être "mis à l'abri, et retirés des griffes des passeurs". Pour lui, il est nécessaire de développer les centres d'accueil et d'examen des situations pour y amener "si besoin de force" les migrants qui se trouvent sur le littoral. "Dès qu'il y a un mort, c'est un échec", juge-t-il "une fois que les migrants sont à Calais, c'est trop tard", explique Pierre-Henri Dumont, "on les met dans les mains des passeurs qui, eux, font un business de la mort."

Des passeurs qui sont "ceux qui ont du sang ce soir", d'après le député LR. Il estime que c'est également le cas des associations non-mandatées par l'Etat qui "incitent les migrants à rester à Calais et à refuser de prendre les bus mis à disposition par l'Etat pour les mettre à l'abri à des centaines de kilomètres de Calais".

Pierre-Henri Dumont adresse une pensée aux familles des personnes disparues en mer, et exprime sa lassitude quant à la situation, "on ne peut pas continuer à enterrer les morts, la Manche se transforme en cimetière à ciel ouvert."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.