Des loups gris aperçus dans les Yvelines et en Indre-et-Loire, une première depuis plusieurs décennies

C'est la première fois qu'un loup est officiellement détecté en Île-de-France depuis 30 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un loup européen dans un parc naturel à Vaud en Suisse le 10 juin 2021 (Photo d'illustration). (OLIVIER BORN / BIOSPHOTO)

Un loup gris a été aperçu à Blaru dans les Yvelines le 11 novembre dernier et un autre à Cinq-Mars-la-Pile en Indre-et-Loire vendredi 26 novembre, a appris franceinfo auprès de l'Office français de la biodiversité, confirmant des informations de France Bleu Paris et France Bleu Touraine samedi 27 novembre. Ils ont été identifiés par l'OFB grâce à des photos.

L'OFB également confirmé la présence d'un loup gris dans les Yvelines, en analysant une photo prise par un chasseur. C'est la première fois qu'un loup est officiellement détecté en Île-de-France depuis 30 ans, mais le collectif de l'Observatoire du loup affirme à France Bleu Paris que l'animal est présent dans la région depuis une décennie, en réalité. Le collectif dit en avoir repéré en Seine-et-Marne en 2014 et dans le Val-d'Oise et les Yvelines en 2017, mais cela n'a pas été confirmé par les autorités.

"Pas une surprise" pour l'Office français de la biodiversité

L'OFB a reçu une quinzaine de photos prises par un automobiliste en Indre-et-Loire et a pu attester de "l'authenticité des prises de vues réalisées et la confirmation que l'animal observé appartient à l'espèce loup gris", selon France Bleu Touraine. Sa présence dans ce département est une première depuis plus d'un siècle, alors que des loups avaient déjà été observés six fois dans d'autres départements de la région Centre-Val-de-Loire ces trois dernières années.

"Pour nous, ce n'est pas une surprise", explique le directeur régional de l'OFB en Centre-Val-de-Loire Jean-Noël Rieffel à franceinfo, parce que les loups sont de plus en plus nombreux – 624 en France selon l'OFB – et que, "à la faveur de l'automne, il y a des phénomènes de dispersion d'un certain nombre d'individus qui sont expulsés de la meute", car ils sont en quelques sortes remplacés par les louveteaux, qui grandissent et prennent leur place dans la meute.

Ces loups parcourent ensuite "des dizaines de kilomètres. On sait que le loup peut être retrouvé à 1 500 km de son lieu de naissance. On sait aussi que le loup peut parcourir jusqu'à 50 km par jour. Donc il n'est pas étonnant de voir des individus se disperser", ajoute-t-il.

L'installation de loup en Yvelines ou en Indre-et-Loire, "fort peu probable"

Mais Jean-Noël Rieffel précise que rien ne prouve pour l'instant que ces loups se soient installés dans les Yvelines ou en Indre-et-Loire car "il n'y a pas de meute, il n'y a aucun signalement d'attaque sur des troupeaux" notamment, "donc pour l'instant il est trop tôt pour dire si ces individus qui ont été observés vont s'installer". Il ajoute que c'est même "fort peu probable, voire pas probable du tout" car les loups cherchent à se reproduire et retournent le plus souvent d'où ils viennent, en grande majorité vers l'Arc alpin qui concentre l'essentiel des meutes de loup en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.