Népal : la France dépêche des secours pour rechercher les corps des trois jeunes alpinistes français portés disparus

Cette équipe est composée de gendarmes, d'experts et d'un chien d'avalanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un hélicoptère au Népal, le 1er novembre 2021. (KAILASH HELICOPTER SERVICES / AFP)

Une ultime mission au Népal. La France va dépêcher, vendredi 5 novembre, une équipe de secours pour tenter de retrouver les corps des trois jeunes alpinistes emportés par une avalanche alors qu'ils tentaient une première sur un sommet de 6 000 mètres dans le massif de l'Everest. Cette équipe, composée de gendarmes, d'experts et d'un chien d'avalanche, se rendra sur place du 5 au 17 novembre, a déclaré le lieutenant-colonel Lionel André.

Sur place, les difficultés sur le site de l'avalanche vont "vraiment dépendre du type de neige mis en mouvement, de la météo qui a suivi et de l'orientation au soleil. Il y a pas mal de choses qui font que (la neige) peut être plus ou moins dure", selon Frédéric Jarry, chargé de mission à l'Association Nationale pour l'Etude de la Neige et des Avalanches (Anena), à Grenoble.

Des traces localisées

De premières recherches entreprises par des guides népalais en début de semaine étaient restées vaines et ont été suspendues mercredi pour trois ou quatre jours, selon Ang Norbu Sherpa, président de l'Association nationale des guides de montagne du Népal et membre de l'opération de recherche et de sauvetage.

Emportés par une avalanche fin octobre, les trois alpinistes, âgés de 27 à 34 ans, avaient entrepris l'ascension de la face ouest du Mingbo Eiger (6 070 mètres d'altitude). De premières reconnaissances ont permis de localiser leurs traces jusqu'à 5 900 mètres d'altitude, alors qu'ils avaient, semble-t-il, fait demi-tour à une centaine de mètres en dessous du sommet. L'objectif est désormais de les récupérer, "si tant est qu'on puisse le faire", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Avalanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.