Les employés de l'Office national des forêts manifestent pour demander "des moyens et une nouvelle gouvernance"

Des centaines d'agents de l'ONF ont notamment dénoncé la suppression prochaine de 500 postes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un membre de l'association Canopee manifeste à Paris, le 1er mars 2021. (JEROME LEBLOIS / HANS LUCAS / AFP)

"La forêt peut nous sauver si on la préserve." Des centaines d'employés de l'Office national des forêts (ONF) ont manifesté jeudi 25 novembre pour demander la "renégociation du contrat avec l'Etat" qui prévoit 500 suppressions de postes et une vision d'avenir pour affronter le changement climatique. "Des bras pour planter des arbres", "des moyens et une nouvelle gouvernance" : vêtus de l'uniforme vert bouteille, ils étaient réunis devant le siège de l'ONF à Paris à l'appel d'une intersyndicale, pour dire leur colère face à "un modèle économique à bout de souffle" et "incapable de répondre à l'urgence climatique".

"On a perdu 5 000 emplois en vingt ans : aujourd'hui, nous ne sommes plus que 8 000 à assurer la gestion des forêts publiques. La baisse des effectifs a conduit à un recentrage sur les activités commerciales au détriment de nos missions de service public", explique Patrice Martin, secrétaire général du Snupfen-Solidaires, premier syndicat du secteur public à l'ONF. Gobelet de café chaud à la main, les ouvriers forestiers ne comprennent pas qu'on supprime 500 postes "tout en injectant des millions pour planter des arbres : qui va les planter, les entretenir ?" s'interroge David Druesne, venu d'Annecy.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.