L'hebdomadaire "Valeurs actuelles" porte plainte contre le collectif Sleeping Giants

La chaîne d'information CNews a également reconnu "l'existence d'une plainte" à l'encontre du collectif citoyen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le directeur de la rédaction de "Valeurs actuelles", Geoffroy Lejeune, le 25 avril 2019. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Valeurs actuelles entend dénoncer la "campagne de sabotage industriel" de Sleeping Giants. La société Valmonde et Cie, propriétaire de l'hebdomadaire, a porté plainte vendredi contre le collectif pour "discrimination" devant le tribunal judiciaire de Paris, a annoncé jeudi 10 juin le magazine ultraconservateur.

Sleeping Giants se définit comme un collectif citoyen de lutte contre le financement du discours de haine. Il interpelle sur les réseaux sociaux les annonceurs des médias très à droite ou véhiculant des discours racistes, xénophobes, homophobes, dans le but d'assécher leurs financements publicitaires. Il a notamment ciblé Valeurs actuelles, CNews et le site d'extrême droite Boulevard Voltaire.

L'hebdomadaire affirme que des "centaines de grandes entreprises", dont Toyota, Nike ou Decathlon, ont "cédé" aux "méthodes outrancières" de Sleeping Giants.

La plainte de Valeurs actuelles "a pour objet de dénoncer des faits de discrimination, à raison des opinions politiques, et de nature à entraver l'exercice normal d'une activité économique", explique l'hebdomadaire sur son site, citant "le courrier adressé au procureur de la République". Le magazine revendique le droit de ne pas partager les "idées progressistes" du collectif.

La chaîne d'information CNews a également reconnu "l'existence d'une plainte" à l'encontre de Sleeping Giants, selon l'AFP.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.