Cet article date de plus de cinq ans.

Nancy : un détenu radicalisé accède par erreur à l'identité de ses surveillants

Selon RTL, l'homme s'est retrouvé en possession d'un dossier détaillant le nom et le prénom de chacun de ses surveillants. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxville (Meurthe-et-Moselle), le 23 juin 2009.  (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Les surveillants du centre pénitentiaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont-il été mis en danger ? Un détenu radicalisé, emprisonné dans l'établissement en détention provisoire pour une affaire de meurtre, s'est vu remettre par erreur les noms et prénoms de tous les membres du personnel ayant assuré sa surveillance, révèle RTL, mercredi 21 septembre. La radio précise que le détenu s'est radicalisé en prison et a côtoyé, en cellule d'isolement, Karim Mohamed Aggad, le frère de l'un des terroristes du Bataclan.

Un bug informatique 

Selon RTL, le détenu devait passer devant une commission disciplinaire de l'établissement après s'être "violemment opposé à un changement de cellule". En raison de cette procédure, il a reçu "un dossier pour préparer sa défense. Il s'agit de quelques feuilles qui consignent les observations faites sur lui", explique la radio. Problème : ce dossier contenait aussi l'identité de ses surveillants. 

"Ces noms, le détenu s'est empressé de les recopier dans des livres retrouvés plus tard dans sa cellule, sans que l'on sache vraiment ce qu'il voulait en faire", poursuit RTL. Citée par la radio, l'administration pénitentiaire assure que cette erreur résulte d'un "bug informatique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.