Attentats du 13-Novembre : Eric Zemmour déclenche la colère d'une association de victimes après ses propos devant le Bataclan

Le polémiste s'est rendu devant la salle de concert et a, à nouveau, critiqué François Hollande en assurant qu'il n'avait pas "protégé les Français" en 2015.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le polémiste Eric Zemmour lors d'un meeting à Bordeaux, le 12 novembre 2021. (STEPHANE DUPRAT / HANS LUCAS / AFP)

"Vous êtes un profanateur de sépultures." Arthur Dénouveaux, le président de l'association Life for Paris, a réagi samedi 13 novembre aux propos d'Eric Zemmour devant le Bataclan. Le polémiste a une nouvelle fois critiqué l'action de François Hollande, lors d'une déclaration devant la salle de concert soirée dramatique des attentats qui ont fait 130 morts. "L'ancien président de la République a dit lui-même qu’il savait que des terroristes seraient infiltrés parmi les migrants et il n’a pas arrêté le flot des migrants (...). Donc François Hollande n’a pas protégé les Français et a pris une décision criminelle de laisser les frontières ouvertes", a-t-il affirmé devant la salle de concert où 90 personnes ont été tuées.

Lors de leur hommage samedi, le Premier ministre, Jean Castex, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, ou encore la maire de Paris, Anne Hidalgo, n'avaient pas pris la parole. Le polémiste, lui, ne les a pas imités. "Aucun politique n’avait jamais parlé un 13 novembre sur un des sites visés", s'est indigné Arthur Dénouveaux. "Lamentable et indigne, pour les victimes. Insultant pour le président François Hollande et faux", avait critiqué Juliette Méadel, l’ex-secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, en réaction aux paroles du polémiste en Gironde.

"Il a abîmé la mémoire des 90 personnes décédées au Bataclan"

"Eric Zemmour a franchi [samedi] un nouveau palier dans l'ignominie, a jugé l'association Life for Paris dans un communiqué, dimanche. Cette instrumentalisation politicienne des victimes des attentats nous scandalise au plus haut point. En prenant cette décision, Eric Zemmour n'a pas seulement sali une journée de commémorations dédoées aux victimes et où les hommages politiques se doivent d'être discrets : il a abîmé la mémoire des 90 personnes décédées au Bataclan."

L'association de victimes et de rescapés a également estimé que les propos du polémiste avaient "nui à la sérénité" du procès actuellement en cours devant la cour d'assises spéciale de Paris. "Contrairement à lui, les victimes du 13-Novembre ne tiennent pas des propos de salon mais affrontent quotidiennement les accusés des attentats dans la salle d'audience, rappelle Life for Paris. Car combattre le terrorisme demande rigueur et courage, quand Eric Zemmour préfère le recours facile à la démagogie et à une certaine forme de révisionnisme."

Face à ces attaques, François Hollande, qui a témoigné cette semaine lors du procès des attentats, a répondu auprès de BFMTV"J'ai pris des décisions, et le sens de mes décisions était d'assurer la sécurité et la protection de nos concitoyens, de lutter contre le terrorisme islamiste et de veiller à l'unité de notre pays, à ce qu'il réagisse comme un bloc, qu'il n'y ait pas de fracture, de rupture, a-t-il affirmé, toutes les polémiques, qui sont sciemment entretenues, n'ont qu'un seul but : éviter que nous soyons cohérents, unis face à ce drame."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.