Disparition de Delphine Jubillar

Résumé de la rubrique

Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, mère de deux enfants est portée disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. En instance de divorce avec son mari Cédric Jubillar, le couple vivait dans une maison à Cagnac-les-Mines (Tarn).

Six mois plus tard, ce dernier a été mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint" et écroué. Lors d'une conférence de presse le 18 juin 2021, le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari a mis l'accent sur un "contexte de séparation très conflictuel", avec une violente dispute le soir du 15 décembre dont aurait été témoin leur fils de 6 ans.

Deux jours plus tôt, le 16 juin, l'enquête qui semblait patiner s'est accélérée avec les gardes à vue de Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père. Jusque-là, Cédric Jubillar n'avait été entendu que comme simple témoin, puis comme partie civile. Il a toujours clamé son innocence. C'est lui qui avait signalé la disparition de son épouse, en décembre dernier.

Initialement ouvertes pour "disparition inquiétante" par le parquet d'Albi, les investigations sont entre les mains de deux juges d'instruction toulousains, qui dirigent une information judiciaire pour "arrestation, enlèvement, détention ou séquestration".

Selon Cédric Jubillar, sa femme était sortie promener ses deux chiens à 23 heures, et ne serait jamais rentrée.

Depuis sa disparition, la maison de famille a été perquisitionnée à plusieurs reprises, passée au Bluestar, un produit permettant de révéler des taches de sang invisibles à l'oeil nu. Elle est désormais sous scellés.

Lacs et rivières ont été sondés par des plongeurs de la gendarmerie, des battues ont été menées dans les bois et les champs des environs, les gendarmes ont inspecté les ruines, abris ou maisons inhabitées. 

Cédric Jubillar s'est récemment affiché avec une nouvelle compagne sur les réseaux sociaux. Le domicile de cette femme, persuadée de l'innocence de son compagnon, a été fouillé début juin par la police. Elle a également été entendue par les gendarmes. "Ce qui ressort, c'est une forme de déni très rapidement, un deuil très rapide, le fait de parler très vite de son épouse au passé, de reprendre rapidement une vie affective", a listé le procureur parmi les élements à charge.