Vidéo "Indemnité inflation" : le gouvernement offre "un spéculoos de 100 euros" aux Français concernés, se moque Jordan Bardella

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le gouvernement va débourser "4 milliards d'euros d'argent public pour aider les Français à payer les taxes sur l'essence, c'est du délire", a lancé sur franceinfo le président du Rassemblement national.

L'"indemnité inflation" pour les Français qui gagnent moins de 2 000 euros net par mois, annoncée par le Premier ministre Jean Castex jeudi soir, est "dérisoire", a déclaré Jordan Bardella, le président du Rassemblement national (RN), vendredi 22 octobre sur franceinfo.

>> Suivez les dernières informations concernant l'"indemnité inflation" annoncée par Jean Castex dans notre direct

Selon lui, le gouvernement offre "un spéculoos de 100 euros" aux personnes concernées et "ne comprend strictement rien à la souffrance des Français, à la détresse sociale dans laquelle sont plongés aujourd'hui des millions de nos concitoyens qui n'arrivent à boucler les fins de mois."

"Ce que subissent les Français en matière énergetique est un véritable braquage !"

Jordan Bardella

à franceinfo

Jordan Bardella a aussi dénoncé le coût de la mesure, chiffré à 3,8 milliards d'euros. Le gouvernement va débourser "4 milliards d'euros d'argent public pour aider les Français à payer les taxes sur l'essence, c'est du délire", a-t-il lancé, en référence à la part des taxes dans le prix des carburants. Au 15 octobre, elle s'élevait à 55,6% pour le gazole et 58,2% pour le sans plomb 95, d'après une analyse de l'analyse faite par l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

"Ce que nous proposons, qui aurait pu être mis en œuvre dès demain matin, c'est une baisse immédiate de la TVA de 20% à 5,5% et de décréter l'ensemble des produits énergétiques que sont le fuel, le gaz, les carburants, l'électricité, comme des produits de première nécessité pour faire en sorte qu'on puisse, par exemple, gagner sur un plein d'en moyenne 40 litres 8 euros à la pompe", a ajouté le président du RN. Selon Bercy, une baisse de 1 centime des taxes sur les carburants (TICPE, TVA et TVA sur TICP) représente un demi-milliard d'euro de manque à gagner pour l'État.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.