Cet article date de plus de six ans.

A Blagnac, des téléopérateurs doivent demander par mail l'autorisation d'aller aux toilettes

Cette obligation, qui concerne quelque 200 des 400 salariés du site de Téléperformance, est la conséquence de la mise en service d'un logiciel de gestion de flux des appels. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sur le site de Blagnac (Haute-Garonne), 200 salariés de Téléperformance doivent demander une autorisation pour toutes les pauses, même physiologiques.  (RAFAEL BEN-ARI / SIPA)

A Téléperformance, il faut un feu vert pour aller faire pipi. Les téléopérateurs de ce centre d'appels situé à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, sont contraints de demander par mail l'autorisation de prendre une pause, même pour aller aux toilettes. Une contrainte dénoncée mercredi 23 mars par Thierry Godec, délégué CFDT de l'entreprise.

Cette obligation, qui concerne quelque 200 des 400 salariés du site, est la conséquence de la mise en service mercredi d'un logiciel de gestion de flux des appels baptisé CAV (Centre d'appel virtuel) à la demande d'un client, SFR-Numericable. Les téléopérateurs travaillant pour d'autres clients ne sont pas concernés par ce logiciel.

Un préavis de grève a été déposé

"Ce logiciel oblige en fait les téléconseillers à travailler plus vite car il limite le temps dont ils disposent par exemple pour 'historiser' [saisir les données concernant l’échange] l'appel qu'ils viennent d'avoir", déplore le syndicaliste. Avec ce nouveau logiciel, le téléopérateur qui désire une pause dans les appels avec les clients doit désormais demander l'autorisation par mail. Et, que le motif soit professionnel ou privé, c'est le responsable d'équipe, son binôme ou encore le "vigiste", qui gère le flux d'appels, qui doit donner son aval.

"C'est la même chose pour toutes les pauses, même les physiologiques", dénonce encore Thierry Godec, rappelant que pendant sa journée de travail, le salarié a le droit à une demi-heure de pause pour boire, aller aux toilettes, manger... Et d'ajouter : "J'ai 53 ans et, depuis que je suis sorti de l'école, je ne demande plus l'autorisation d'aller faire pipi." Un préavis de grève a été déposé pour vendredi à partir de 14 heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.