Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron conserve la stratégie de 2017

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
J.B Marteau - franceinfo
France Télévisions

Sur le dossier Whirlpool, le président de la République, Emmanuel Macron, a avoué aux anciens ouvriers de l'usine d'Amiens (Somme) lundi 22 novembre qu'il s'était fait avoir lui aussi.

"On s'est parfois fait prendre pour des imbéciles. On s'est parfois fait avoir collectivement", a admis Emmanuel Macron devant les anciens ouvriers de l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme). "Ça montre que, malheureusement, la bonne volonté ne suffit pas", a ajouté le président de la République lundi 22 novembre, en allusion à la succession de faillites des repreneurs de ce site industriel, au cœur de la campagne présidentielle de 2017 et de son duel avec Marine Le Pen (RN). Le président reconnait l'impuissance de l'État, qu'il ne peut pas tout, une phrase qu'avait tenu le Premier ministre Lionel Jospin en 2000 et qui avait coûté cher à celui-ci lors de la présidentielle de 2002, rappelle le journaliste Jean-Baptiste Marteau sur franceinfo lundi soir.

Macron "hors-sol", attaque Bertrand

Lors de ce déplacement à Amiens, Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, candidat à la présidentielle, était présent. Il a évoqué un chef de l'État "hors-sol qui ne comprend pas bien les Français". Face à cette posture, Emmanuel Macron parle de pragmatisme, accuse la droite de démagogie et tente de convaincre que sa stratégie du "en même temps" de 2017 peut encore fonctionner pour diriger la France. C'est risqué, mais la seule tactique possible, aux yeux d'Emmanuel Macron, pour être réélu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.