Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Trois randonnées parmi les plus vertigineuses au monde

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Sentiers le long de précipices, corniches étroites, passerelles à flanc de falaise… Voici trois randonnées parmi les plus vertigineuses au monde.
BRUT
Article rédigé par

Sentiers le long de précipices, corniches étroites, passerelles à flanc de falaise… Voici trois randonnées parmi les plus vertigineuses au monde.

Huashan

Située à 120 kilomètres de la ville de Xi'an en plein cœur de la Chine, elle est considérée comme l'une des randonnées les plus dangereuses au monde. Sur une portion du chemin, seule une planche de 30 centimètres de large sépare les randonneurs d'un précipice de 700 mètres. Suivent des échelles, des corniches étroites et des escaliers de pierre. Pour sécuriser le parcours, certains chemins ont été fermés et il est maintenant obligatoire de s'harnacher sur les portions à risque.

El caminito del Rey

Située dans le parc des Ardales, au sud de l'Espagne, cette randonnée est réservée aux plus téméraires. Son chemin borde des précipices vertigineux au-dessus desquels les randonneurs jouent les funambules. Connu pour sa dangerosité, le sentier a même été fermé en 2001 à la suite du décès de cinq personnes. Après 5,5 millions d'investissement et de nombreux travaux de sécurisation, il a rouvert ses portes au public en 2015.

La piste des Anges

Situé dans l'Utah, aux États-Unis, ce sommet est l'un des plus célèbres du parc national de Zion. Du haut de ces 1765 mètres, la vue sur le canyon est exceptionnelle. Mais y monter peut devenir un vrai défi : on doit parcourir 453 mètres de dénivelé en suivant un sentier parfois escarpé et vertigineux. Sur le chemin, on suit une jolie rivière, on traverse un canyon étroit, on enchaîne les lacets pentus... Une fois au point appelé "Scout Lookout", à 300 mètres du sol, la vue est déjà impressionnante. Plusieurs marcheurs s'arrêtent à cet endroit car le dernier kilomètre est plus dangereux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.