Les terrasses chauffées sont désormais interdites à Lyon : "ces mesures sont un peu handicapantes, mais on joue le jeu"

Le chauffage extérieur des terrasses des bars et restaurants est interdit dès maintenant à Lyon. Cette mesure prise par anticipation dans la 3e ville de France deviendra nationale au printemps prochain. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un système de chauffage extérieur pour terrasse. (Photo d'illustration) (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Profiter d'un café ou d'une bière en terrasse en plein mois de novembre sans grelotter, à Lyon désormais, ce n'est plus possible. Plus aucun système de chauffage en extérieur n’est autorisé pour les cafés, bars et restaurants de la ville. Lyon anticipe en effet une interdiction qui deviendra nationale en avril prochain. Quelques villes dont Thonon-les-Bains et Rennes ont elles aussi déjà interdit ces chauffages extérieurs. 

À Lyon, l’arrêté a été pris cet été par le maire écologiste Grégory Doucet, motivé par des considérations écologiques. "500 000 tonnes de CO2 sont émises par an par les systèmes de chauffage en extérieur en France, c'est considérable, explique-t-il. Alors que la COP26 a été un échec car les états ne sont pas parvenus à s'engager, il faut agir partout où l'on peut et toutes les mesures de sobriété carbone possibles doivent être prises."

Une mesure diversement acceptée

Un bar ou restaurant lyonnais sur dix était en fait équipé de ce type de système. Parmi eux : le café 203, où des interrupteurs permettaient d'allumer à la demande le chauffage sur la terrasse. Son gérant Christophe Céda, voit dans cette interdiction une atteinte au confort de ses clients. "D'abord il y a un risque sanitaire à faire rentrer les gens et les entasser, dénonce-t-il. Mais je trouve qu'il y a aussi une inégalité de traitement parce que quand vous travaillez ou quand vous faites vos courses, il faut qu'on vous chauffe, mais pas quand vous vous détendez." Ce restaurateur habitué des recours en justice affirme qu'il ira jusqu'au Conseil d'État s'il le faut.

Pendant ce temps, dans la touristique rue Mercière, les chauffages extérieurs sont bien éteints. "Ce sont des sources de chaleur qui puisent beaucoup d'énergie, qui consomment beaucoup, reconnaît Vincent Boisseau, chef de rang au bouchon Le Mercière. Bien sûr c'est un plus pour nos clients, donc ces nouvelles mesures sont un peu handicapantes. Mais si ça peut être un bien, il faut que tout le monde s'y prête donc on joue le jeu."

On fournit des plaids et le maximum de chaleur, humaine ou matérielle, à nos clients !

Vincent Boisseau, chef de rang au Mercière

franceinfo

D'ailleurs, la plupart des consommateurs sont résolus à continuer à consommer en terrasse, quitte à plus se couvrir. "Forcément, on va plus vers une terrasse chauffée que non chauffée, surtout par ce temps ...", confie un client mais une autre tempère : "On va s'y habituer comme on s'habitue à tout, ça va bien se passer." Un peu plus loin, une troisième cliente approuve même la mesure : "Écologiquement c'est bien quand même, parce que c'est vrai qu'il y a de la perte énergétique je pense." Les établissements récalcitrants risquent une suspension de leur terrasse et une amende de 135 euros. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.