Cet article date de plus de quatre ans.

Une sauterelle découverte incrustée dans une toile de Van Gogh

La découverte a été faite à l'occasion d'une étude scientifique menée sur le tableau conservé dans un musée américain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Les Oliviers" de Vincent Van Gogh, le 23 avril 2009, au musée des beaux arts de Bâle (Suisse). (NICHOLAS RATZENBOECK / AFP)

C'est un infime détail qui avait échappé aux yeux de tous depuis 128 ans. Un minuscule cadavre de sauterelle est incrusté dans la peinture des Oliviers, un tableau de Vincent Van Gogh, exposé au Nelson-Atkins Museum of Art de Kansas City, dans le centre des Etats-Unis, raconte Le Huffington Post qui a repéré la publication de l'institution culturelle américaine.

L'insecte mort a été découvert à l'occasion d'une étude scientifique menée sur l'œuvre peinte par le célèbre peintre néerlandais, dans l'asile où il était interné à Saint-Rémy-de-Provence, en 1889, un an avant sa mort. "Van Gogh travaillait dehors, dans les éléments, et nous savons que, comme d'autres artistes de plein air, il a dû composer avec le vent, la poussière, l'herbe, les arbres, les mouches et les sauterelles", explique Julián Zugazagoitia, le directeur du musée.

Un paléo-entomologiste appelé à la rescousse

La découverte a été faite par la conservatrice, Mary Schafer, alors qu'elle examinait la toile au microscope. "Ce n'est pas inhabituel de trouver des insectes ou des matières végétales dans une peinture qui a été réalisée en extérieur", explique-t-elle. "Mais dans ce cas, nous sommes curieux de savoir si cette sauterelle peut être utilisée pour identifier la saison précise à laquelle l'œubre a été peinte."

Un cadavre de sauterelle piégé dans la peinture des "Oliviers" de Vincent Van Gogh, le 7 novembre 2017, au Nelson-Atkins Museum of Art de Kansas City (Etats-Unis). (EVA CLAIRE HAMBACH / AFP)

L'équipe du musée a donc contacté un paléo-entomologiste de l'Université du Kansas, Michael S. Engel, pour qu'il examine la dépouille. Il a constaté que le thorax et l'abdomen de l'insecte manquaient et que la peinture ne présentait aucun signe de mouvement autour du cadavre. Conclusion : la sauterelle était morte avant de se coller dans le tableau. Elle ne pourra pas fournir plus d'informations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Travailler dans les métiers d'art, culture, édition

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.