Prix du carburant : ce que l'on sait de "l'indemnité inflation" de 100 euros annoncée par Jean Castex

Cette indemnité sera versée à partir du mois de décembre pour les salariés, du mois de janvier pour "les employés de la fonction publique" et "un peu plus tard pour les autres", a expliqué Jean Castex sur TF1.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un automobiliste fait le plein d'essence à Briançon (Hautes-Alpes), le 21 octobre 2021. (THIBAUT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

Un coup de pouce plus que bienvenu pour des millions de Français. Pour faire face à la flambée des prix à la pompe, Jean Castex a promis "une indemnité de 100 euros pour les Français qui gagnent moins de 2 000 euros net par mois". Cette aide sera versée automatiquement à partir de décembre, a détaillé le Premier ministre, jeudi 21 octobre, sur TF1. Franceinfo vous résume ce que l'on sait de cette aide financière destinée à lutter contre l'inflation.

Elle sera versée à 38 millions de Français

Cette "indemnité inflation", comme l'a présentée Jean Castex, sera versée "aux Français qui gagnent moins de 2 000 euros net par mois", sans distinction entre les automobilistes et les usagers d'un autre moyen de transport. 

Elle sera versée de manière "automatique"

Pour percevoir cette indemnité, les Français concernés n'auront "rien à faire"car ce sera "automatique", a promis Jean Castex. Il ne devrait donc y avoir aucune démarche à effectuer. "Pour les salariés, cela passera pas leur entreprise. Pour les agriculteurs par la MSA, pour les indépendants par les Urssaf", a listé le Premier ministre. L'indemnité sera individualisée et non par foyer : dit autrement, si un couple gagne chacun moins de 2 000 euros net, ils auront droit à 100 euros chacun.

Elle sera versée à partir de décembre

Jean Castex a promis qu'elle serait instaurée "au plus vite" et même "dès la fin décembre". Les premiers à la toucher seront ceux qui travaillent : ce seuil de 2 000 euros permet d’inclure la moitié des salariés (y compris les agents publics). Les fonctionnaires devront attendre janvier. Pour les indépendants, les chômeurs ou les retraités, ce sera "un peu plus tard".

Elle va coûter 3,8 milliards d'euros à l'Etat

Le calcul est assez simple à réaliser : 100 euros versés à 38 millions de personnes, cela représente 3,8 milliards d'euros. Sur TF1, Jean Castex a donné une première piste pour financer cette mesure : "un surcoût de TVA de 1 milliard d'euros qui va arriver à Bercy grâce à la hausse des prix".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hausse des prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.